L’UE pionnière dans la lutte mondiale contre la pandémie

Répartition des vaccins L’UE pionnière dans la lutte mondiale contre la pandémie

Pour venir à bout de la pandémie, une large partie de la population mondiale doit être vaccinée. Depuis le début de la pandémie, l’UE a redoublé d’efforts pour augmenter la production de vaccins et les rendre disponibles partout dans le monde.

Laboranten bei der Herstellung eines Corona-Impfstoffs im Labor.

Depuis le début de la pandémie, l’UE a redoublé d’efforts pour augmenter la production de vaccins et les rendre disponibles partout dans le monde

Photo : Thomas Lohnes/AFP via Getty Images

La chancelière fédérale voit la pandémie comme une véritable mise à l’épreuve pour la coopération internationale. « Que ce soit pour le développement, la production ou la répartition des vaccins, plus nous unissons nos forces, plus nous augmentons nos chances de venir à bout de la Covid-19 et cela vaut également pour de futures maladies infectieuses de toutes sortes », a déclaré la chancelière le 28 mai à l’occasion du Global Solutions Summit.

Dès le début, l’UE a pris le parti d’opter pour une approche multilatérale et a joué un rôle clé. Jusqu’ici, l’Union est le seul acteur global à faire vacciner sa population et à exporter dans le même temps de grandes quantités de vaccins vers des pays pauvres, souligne Josep Borrell, le haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, dans une tribune publiée dans le quotidien « Die Welt » le 31 mai. Avec 240 millions de doses exportées dans 90 pays, cela correspond peu ou prou au nombre de doses utilisées au sein de l’UE.

Comment l’UE s’organise-t-elle pour la répartition des vaccins à l’échelle mondiale ?

Lors du Sommet mondial de la santé qui s’est tenu le 21 mai à Rome, les chefs d’État et de gouvernement du G20 se sont engagés à prendre toute une série de mesures. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, avait présenté à cette occasion une initiative : « Équipe Europe ». Celle-ci vise à améliorer les capacités de production de vaccins en Afrique ainsi que l’accès aux vaccins, aux médicaments et aux technologies de la santé. 

L’initiative bénéficie d’un appui financier d’un milliard d’euros fourni par le budget de l’UE et par les institutions financières européennes telles que la Banque européenne d’investissement (BEI). L’objectif est que l’Afrique soit en mesure de fabriquer elle-même 60 % des vaccins utilisés sur place à l’horizon 2040, contre seulement 1 % à l’heure actuelle.

Lors de ce sommet, la Commission européenne a présenté des contributions concrètes, dont la coopération avec des partenaires de l’industrie qui fabriquent des vaccins en Europe. D’ici la fin de l’année, 100 millions de doses de vaccin doivent être distribuées à des pays à revenu faible et intermédiaire, en particulier par le biais du mécanisme COVAX. L’Allemagne et la France ont annoncé qu’elles fourniraient respectivement 30 millions de doses de vaccin à des pays pauvres d’ici la fin de l’année. 

La pandémie coûte chaque jour des milliers de vie. Il est donc important qu’une grande partie de la population mondiale soit vaccinée. Il ne sert à rien de vacciner si la vaccination se limite à quelques pays. En effet, le virus peut être réintroduit à tout moment depuis n’importe quel autre pays, éventuellement sous la forme d’un nouveau variant imperméable à la protection vaccinale actuelle. La campagne de vaccination permet également de lever certaines restrictions qui pèsent sur l’économie, en particulier dans les pays en développement.

Mots-clés