Réunion sur les Balkans occidentaux à Berlin

Renforcer la stabilité dans la région des Balkans

Promouvoir la paix et la sécurité et faire ainsi progresser le bon développement de la région : tel est l’objectif de la réunion sur les Balkans occidentaux à la Chancellerie fédérale, initiative commune de l’Allemagne et de la France. Une attention particulière est accordée aux relations entre la Serbie et le Kosovo.

De nombreuses personnes sont assises à une grande table de conférence ronde

La chancelière fédérale Angela Merkel a déclaré : « Il s’agit pour nous de dialoguer ensemble de façon franche. »

Photo : Bundesregierung / Bergmann

La chancelière fédérale Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron ont invité conjointement à Berlin les chefs d’État et de gouvernement des Balkans occidentaux. L’Allemagne et la France ont ressenti une responsabilité commune vis-à-vis de l’évolution positive de la région, a affirmé Mme Merkel. Cela est dans l’intérêt européen.

« Avec l’évolution de la situation en Macédoine du Nord, nous avons assisté à de très courageuses avancées qui nous donnent l’espoir de voir également se résoudre des conflits qui durent depuis des années », a déclaré la chancelière. Lors de la discussion, l’une des priorités sera selon elle la question de savoir comment accompagner les relations entre la Serbie et le Kosovo pour les faire progresser au mieux.

Entretiens bilatéraux de la chancelière

Les chefs d’État et de gouvernement des six pays des Balkans occidentaux que sont l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, le Kosovo, la Macédoine du Nord, le Monténégro ainsi que la Serbie participent à la réunion à Berlin, mais aussi ceux de Croatie et de Slovénie, membres de l’UE. La haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Federica Mogherini est également présente.

Lundi après-midi, la chancelière fédérale a d’abord reçu le premier ministre de la République de Macédoine du Nord, Zoran Zaev, pour un entretien à la Chancellerie fédérale. Le programme prévoyait ensuite une entrevue bilatérale avec le premier ministre de la République d’Albanie Edi Rama.

Entourés de caméras et de trépieds, la chancelière fédérale Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron se serrent la main en souriant

« Nous ressentons une responsabilité commune vis-à-vis de l’évolution positive de la région. »

Photo : Bundesregierung / Bergmann

« Dialoguer ensemble de façon franche »

C’est après un autre entretien avec le président français Emmanuel Macron qu’a commencé la séance de travail avec l’ensemble des participants. M. Macron a déclaré qu’il était globalement question de la stabilité de la région, ajoutant que c’était là un thème européen.

Angela Merkel a souligné le caractère ouvert des discussions lors de cette réunion sur les Balkans occidentaux, où il n’était question ni de rédiger des conclusions ni de négociations d’adhésion. « Il s’agit pour nous de dialoguer ensemble de façon franche. Ce qui nous guide en cela, c’est le fait que la région ne peut se développer que comme un tout. »

Carte représentant les pays des Balkans

Cette rencontre devrait consolider les bases d’une future évolution positive de la région

Photo : Bundesregierung

Que sont les pays des Balkans occidentaux ?
L’expression « Balkans occidentaux » revêt, outre un sens géographique, une dimension politique. Elle a été introduite dans l’usage linguistique de l’Union européenne en 1998, lors d’un sommet à Vienne, et comprend les pays de la péninsule balkanique qui ne sont pas encore membres de l’UE. Selon ce critère, ils comptent donc actuellement, outre l’Albanie, les États des Balkans qui ont succédé à l’ancienne Yougoslavie, à savoir la Bosnie-Herzégovine, le Kosovo, la République de Macédoine du Nord, le Monténégro et la Serbie, par opposition à la Slovénie et à la Croatie, qui ont respectivement adhéré à l’UE en 2004 et 2013.