L’état de droit est le fondement de l’UE

Mme Merkel reçoit le premier ministre du Luxembourg L’état de droit est le fondement de l’UE

La chancelière fédérale Angela Merkel et le premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel ont eu un échange de vues à Berlin sur les thèmes qui seront abordés lors du Conseil européen à la fin de la semaine, dont la hausse des prix de l’énergie et la stratégie numérique. Un autre dossier important est celui de l’état de droit, a déclaré Mme Merkel.

La chancelière fédérale Angela Merkel en conversation avec Xavier Bettel, le premier ministre du Luxembourg

La chancelière fédérale Angela Merkel en conversation avec le premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel

Photo : Bundesregierung/Steins

Le premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel était venu à Berlin pour une visite d’adieu. Outre les relations entre leurs deux pays, les thèmes figurant à l’ordre du jour du Conseil européen qui aura lieu jeudi et vendredi ont été abordés par les deux dirigeants.

Prix de l’énergie et stratégie numérique 

La hausse des prix de l’énergie est l’une des préoccupations actuelles de l’Europe. Mercredi dernier, la Commission européenne avait présenté des mesures pour faire face à la hausse mondiale des prix de l’énergie ainsi que pour aider les personnes et les entreprises en Europe. Mme Merkel a déclaré que le gouvernement fédéral considère que l’analyse de la Commission est largement correcte. Sur certains points, cependant, elle doit être approfondie afin de permettre de comprendre exactement comment se déroule la formation des prix. 

La stratégie numérique est un autre thème à l’ordre du jour du Conseil européen. Les deux pays s’engagent en vue du renforcement du marché numérique en Europe, même s’il y a encore beaucoup à faire dans ce dossier, a déclaré la chancelière. Par exemple, les décisions ne sont toujours pas prises assez rapidement, a-t-elle indiqué.

Tâche majeure en matière d’état de droit

À Bruxelles, les chefs d’État et de gouvernement discuteront également de l’état de droit. Il y a eu une multitude de conflits entre les États membres à ce sujet au cours des derniers mois et des dernières années, qui ont touché le fondement même de l’Union européenne, selon Mme Merkel. « Cela ne semble pas si facile en ce moment », a-t-elle déclaré, en faisant référence au dernier arrêt de la Cour constitutionnelle polonaise. Le 7 octobre, la Cour avait jugé que certaines dispositions du droit de l’Union européenne sont contraires à la constitution du pays.

La chancelière a souligné qu’il y avait une tâche politique majeure à accomplir qui, d’une part, exige que l’on mette l’accent sur le respect de tous les États membres, mais qui, d’autre part, ne permet aucune déviation par rapport aux fondements de l’UE. Ces fondements de l’état de droit ont été conquis au prix d’efforts importants par les pays d’Europe centrale et orientale il y a plus de 30 ans, a-t-elle rappelé.

Relations amicales

Mme Merkel a évoqué les très bonnes relations entre les deux pays, ajoutant que tous les problèmes étaient résolus par le dialogue. Au début de la pandémie de Covid-19, il y a eu quelques « secousses », a-t-elle fait remarquer, mais entre-temps, ils travaillent très bien ensemble dans ce domaine également. Elle a également mentionné que des secouristes luxembourgeois avaient soutenu la population lors des inondations catastrophiques dans la vallée de l’Ahr en Rhénanie-Palatinat. Cela a été « un grand signe de solidarité », a-t-elle affirmé. En conclusion, la chancelière a déclaré que « le lien entre l’Allemagne et le Luxembourg est peut-être aussi exemplaire pour les relations que nous pourrions vivre au sein de l’Europe. »

Mots-clés