Dossier

Visite du gouvernement néerlandais à Berlin

Coopération étroite et amitié solide

75 ans après la libération des Pays-Bas, le partenariat entre les pays voisins est une grande chance, a souligné Angela Merkel lors des troisièmes consultations intergouvernementales germano-néerlandaises. Les discussions ont porté sur des dossiers tels que le climat et l’énergie, ainsi que sur des questions de politique européenne.

La chancelière fédérale Angela Merkel et le premier ministre Mark Rutte lors des consultations intergouvernementales à la Chancellerie fédérale

La pratique du bon voisinage : l’Allemagne et les Pays-Bas souhaitent poursuivre leur coopération étroite

Photo : Bundesregierung/Denzel

Alors que le gouvernement fédéral s’était informé en août à La Haye du programme climatique néerlandais, le programme climatique allemand était au centre des discussions d’aujourd’hui, a expliqué la chancelière. Après des réunions tenues en 2013 et 2016, le conseil des ministres fédéral a rencontré pour la troisième fois le premier ministre néerlandais Mark Rutte et son conseil des ministres pour des consultations intergouvernementales. Onze membres de chaque gouvernement ont pris part aux entretiens.

Les gouvernements adoptent une déclaration politique

La séance plénière conjointe des délégations gouvernementales s’est concentrée sur les thèmes du climat et de l’énergie. Cependant, des questions relatives à la transformation numérique, à la migration, à la politique de défense et à la coopération bilatérale étaient également à l’ordre du jour, sans compter les questions de politique européenne. Dans le cadre des consultations, les deux gouvernements ont adopté une déclaration politique commune.

Soutien à la présidence allemande du Conseil de l’UE

Les consultations entre les deux conseils des ministres ont été précédées d’une réunion bilatérale entre la chancelière fédérale et le premier ministre Mark Rutte. Comme il n’y a pas de problèmes bilatéraux, les deux dirigeants ont pu beaucoup « discuter des chantiers européens », a expliqué la chancelière. Les perspectives financières à moyen terme ont été l’une des questions abordées. Le gouvernement néerlandais a également annoncé son intention de soutenir l’Allemagne lors de sa présidence du Conseil de l’UE au second semestre 2020. Mme Merkel a souligné que les deux gouvernements songeaient à « fixer des priorités communes ».

Échanges étroits sur la protection du climat

En ce qui concerne le thème prioritaire du climat et de l’énergie, il est apparu clairement « qu’il existe toute une série de points communs dans nos approches », a déclaré Mme Merkel. On peut donc s’attendre à ce que « nous continuions d’avoir de bons échanges et une concertation étroite dans ce domaine à l’avenir », a-t-elle ajouté. L’Allemagne pourrait s’inspirer des Pays-Bas en ce qui concerne l’introduction de l’électromobilité. En effet, le pays compte déjà « beaucoup plus de bornes de recharge ainsi qu’un système de paiement très intéressant », a expliqué la chancelière.

Les gouvernements se sont mis d’accord pour discuter de très près des mesures de politique climatique, par exemple « quels succès quel pays a obtenu grâce à quelles incitations. Nous avons certainement beaucoup à apprendre les uns des autres en cours de route », a dit Mme Merkel.

L’espoir d’un Brexit ordonné

Les deux gouvernements ont également parlé de la sortie du Royaume-Uni de l’UE. Berlin et La Haye continuent de souhaiter un retrait ordonné, mais se sont également préparés à l’éventualité d’un Brexit sans accord.

La politique migratoire a également été abordée. Dans ce domaine, « un peu plus de solidarité européenne » serait souhaitable, a déclaré Mme Merkel. Le système d’asile européen n’est « toujours pas aussi développé que ce que nous nous étions imaginé », a-t-elle précisé. 

Un partenariat et une amitié qui n’allaient pas de soi

Au-delà des dossiers concrets, les gouvernements ont rappelé la chance que cela représente, 75 ans après la libération des Pays-Bas, que les deux pays voisins « travaillent désormais en partenariat et en toute amitié ». « Nous ne devrions jamais l’oublier », a souligné Mme Merkel. « C’est dans cet esprit que nous devrions cultiver notre coopération », a-t-elle ajouté.

Le gouvernement allemand se réjouit particulièrement de la visite d’État du couple royal néerlandais prévue pour l’été 2020 : « C’est un grand honneur pour l’Allemagne », a affirmé la chancelière.