Angela Merkel en appelle à la solidarité

Le coronavirus en Allemagne  Angela Merkel en appelle à la solidarité

La chancelière Angela Merkel en appelle à la solidarité de la population allemande pour ralentir la propagation du coronavirus. Il s’agit de gagner du temps afin de ne pas surcharger le système de santé, l’objectif étant de protéger les personnes âgées et celles présentant des pathologies chroniques sous-jacentes.

La chancelière Angela Merkel s’exprime au cours d’une conférence de presse sur le coronavirus

La chancelière Angela Merkel et le ministre fédéral de la Santé Jens Spahn : il est essentiel d’agir en concertation à tous les niveaux

Photo : Bundesregierung/Kugler

« Nos critères d’action sont définis en fonction de ce que les scientifiques et les experts nous disent », a déclaré la chancelière Angela Merkel au cours d’une conférence de presse donnée aux côtés du ministre fédéral de la Santé Jens Spahn et du président de l’Institut Robert Koch Lothar H. Wieler. Le virus a désormais gagné toute l’Europe : il faut y faire face.

Il n’existe pour l’instant ni vaccin ni traitement. À moins que cela ne change, il est vraisemblable au regard de précédents épisodes épidémiques que l’infection touche une grande partie de la population – 60 à 70 % d’entre elle, d’après les estimations des spécialistes. Mais ce n’est pas pour autant que les actions entreprises ne peuvent pas influer sur le cours des choses, a indiqué la chancelière.

Gagner du temps – prendre des mesures

« Il s’agit de gagner du temps », a expliqué Angela Merkel. La démarche de l’Allemagne vise à éviter une surcharge du système de santé. Et pour ce faire, il faut ralentir la propagation du virus – par exemple en annulant les manifestations de grande ampleur.

La chancelière a rappelé que ce qui est en jeu, c’est notamment la protection des personnes âgées et des personnes présentant des pathologies chroniques sous-jacentes. « Notre solidarité, notre raison, notre altruisme sont ici mis à l’épreuve. » Elle a remercié le personnel médical, d’ores et déjà « extrêmement sollicité », ainsi que toutes les personnes impliquées dans la prise en charge des malades et la lutte contre l’épidémie.

Agir en concertation

Il est essentiel d’agir en concertation à tous les niveaux de l’État. La chancelière a plaidé en faveur d’une harmonisation maximale des réactions face à des situations similaires, et ce dans tous les Länder. « Je pense que nous avons vraiment intérêt à suivre les recommandations de l’Institut Robert Koch au niveau national comme au niveau local, et à nous y tenir. » Il y a pire que l’annulation de matchs de football. « Si l’on peut ainsi contribuer à ce que des personnes malades ou âgées ne soient pas confrontées à une situation où l’on ne pourra peut-être plus les traiter correctement, voilà exactement le comportement dont nous avons besoin », a ajouté Angela Merkel.

Renoncer à une partie de son quotidien

« Le virus est là, et nous allons devoir y faire face », a également mis en avant le ministre de la Santé Jens Spahn. Sa vitesse de propagation sera en grande partie déterminée par la manière dont le système de santé parviendra à le gérer. Il est donc essentiel que tous les citoyens allemands renoncent à une partie de leur quotidien pour se protéger et protéger les autres. « Nous devons trouver un équilibre entre les restrictions et les limitations d’une part, et d’autre part la vie quotidienne qui doit poursuivre son cours. »

Angela Merkel a souligné la nécessité de faire de la recherche une priorité. Ainsi, 140 millions d’euros ont été mis à disposition pour des programmes de vaccination. On connaît pour le moment encore mal ce nouveau virus. Mais cela change et l’on peut noter que « les estimations se précisent également ».

Ne pas abandonner l’économie

Le virus a également des répercussions sur l’économie. Le gouvernement fédéral a donc réagi rapidement. La chancelière a évoqué l’accès facilité à l’indemnité de chômage partiel, ainsi que la qualité des systèmes de sécurité sociale et le maintien du salaire en cas de maladie.

Cette semaine encore, le gouvernement fédéral débloquera une aide de trésorerie pour les entreprises, notamment par le biais de la KfW Förderbank, la banque de promotion de l’État allemand. Les chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne ont en outre convenu d’assouplir les règles concernant le pacte de stabilité et de croissance ainsi que les aides d’État.

Vendredi soir, Angela Merkel a l’intention de s’entretenir avec les employeurs et les syndicats au sujet de nouvelles mesures de lutte contre les conséquences économiques de la crise du coronavirus.

Mots-clés