« Une marque emblématique d’Allemagne »

Angela Merkel visite un centre de production de vaccins « Une marque emblématique d’Allemagne »

Les laboratoires Behring de Marbourg sont l’un des principaux sites au monde à produire des vaccins ARNm pour lutter contre la pandémie de Covid-19. La chancelière fédérale s’est renseignée sur place sur la production de vaccins par la société BioNTech, après avoir visité deux musées scientifiques à Giessen.

Chez BioNTech, la chancelière écoute un employé de la société ; tous sont en blouse blanche

À Marbourg, Angela Merkel s’est informée sur la production du vaccin de la société BioNTech

Photo : Bundesregierung/Kugler

Lors de sa visite du centre de fabrication de vaccins BioNTech, Angela Merkel a enjoint une fois de plus toutes les personnes non vaccinées contre la Covid-19 à saisir la chance qui leur est offerte de le faire. « Je demande à tous ceux qui ne sont toujours pas vaccinés de se protéger et de protéger les autres », a déclaré la chancelière, ajoutant que, grâce à la production des laboratoires pharmaceutiques de Marbourg, il y avait désormais suffisamment de vaccins disponibles pour que tout le monde puisse bénéficier de cette possibilité.

Angela Merkel : « Une marque emblématique d’Allemagne »

Accompagnée par le professeur Uğur Şahin, fondateur et actuel directeur général de BioNTech, ainsi que son épouse Özlem Türeci, directrice médicale de la société, Mme Merkel a pu découvrir différentes étapes de la fabrication du vaccin dans les laboratoires Behring. La visite était essentiellement concentrée sur le contrôle de qualité et la logistique de la production vaccinale. Un entretien avec des employés du groupe pharmaceutique venait couronner cette visite au cours de laquelle la chancelière a souligné que le vaccin de BioNTech constituait « une marque emblématique d’Allemagne ».

« Nous avons pu nous faire une petite idée de la complexité du processus de fabrication », a expliqué la chancelière. Elle estime que « les produits en eux-mêmes n’ont rien de spectaculaire mais [que] c’est l’effet qui est spectaculaire ». De l’avis de Mme Merkel, la réussite de BioNTech confirme l’importance des investissements dans la recherche-développement. Grâce à des décennies de recherche, l’entreprise a trouvé une voie « nous permettant de sortir de la pandémie ». Il s’agit à présent de rendre cette voie accessible au maximum de personnes dans le monde, a poursuivi la chancelière.

Toucher et comprendre la science

Au cours de son voyage dans le centre de la Hesse, Angela Merkel avait aussi fait étape auparavant à Giessen pour y visiter le musée Liebig et le Mathematikum. Le professeur Eduard Alter, président de la société Justus Liebig, a guidé la chancelière dans les différents laboratoires où les cofondateurs de la chimie organique travaillaient et faisaient leurs recherches au 19e siècle.

« Dans les jours à venir, je ferai plusieurs déplacements en rapport avec les sciences naturelles et leurs applications, en particulier médicales », a fait savoir la chancelière à l’issue de sa visite. « Grâce au professeur Alter et à ses collaborateurs du musée Liebig, j’ai pu découvrir un véritable trésor, une petite merveille historique », a-t-elle dit, admirative. Justus von Liebig a développé la chimie organique et rendu plus compréhensible l’enseignement de la chimie, pour ainsi dire directement du cours magistral à l’expérimentation.

Selon Mme Merkel, en concrétisant son idée d’attirer un large public vers la science à travers des cours du soir, Justus von Liebig a contribué à faire de l’Allemagne un pays économique et industriel fort. « De la recherche de qualité, un art prononcé de l’expérimentation et un talent d’innovation, associés par la suite à des applications, voilà au fond ce qui fait notre prospérité », a-t-elle insisté.

Le musée Liebig est le laboratoire historique de Justus von Liebig. C’est là que le chimiste a travaillé de 1824 à 1852. Ces locaux à peine modifiés au fil des ans abritent l’un des plus grands musées de l’histoire de la chimie.

Les mathématiques à portée de main

Le Mathematikum se trouve à deux pas du musée Liebig. Ce musée d’une superficie d’environ 1 200 mètres carrés propose une approche ludique des mathématiques grâce à 170 exemples d’applications. C’est le professeur Albrecht Beutelspacher, fondateur de ce musée interactif au début du nouveau millénaire, qui a fait visiter l’exposition à Mme Merkel. De 1988 à 2018, ce mathématicien a enseigné la géométrie et les mathématiques discrètes à l’Université Justus Liebig (JLU).

« Les mathématiques ne sont pas facilement accessibles pour la plupart d’entre nous. Il s’agit plutôt d’une matière qui demande de réfléchir intensément, d’écrire des formules et de résoudre des problèmes géométriques », relève la chancelière. Au Mathematikum, au contraire, les mathématiques sont à portée de main. « J’ai pu observer des familles penchées sur des expériences et je pense que c’est un endroit merveilleux pour réfléchir aux mathématiques, aussi bien pour les enfants que les parents. »

Le Mathematikum a été inauguré en 2002 par Johannes Rau, alors président de la République fédérale d’Allemagne. Le public de tout âge y découvre les mathématiques de manière simple et concrète. Un mini-Mathematikum est conçu tout spécialement pour les enfants de trois à huit ans : ils y ont un accès varié aux notions fondamentales des mathématiques que sont les nombres, les formes et les schémas.

Mots-clés