Les relations germano-polonaises sont une « affaire de cœur »

La chancelière en visite à Varsovie Les relations germano-polonaises sont une « affaire de cœur »

La chancelière fédérale a rencontré le premier ministre polonais à Varsovie. Mme Merkel et M. Morawiecki ont rappelé le souvenir des attentats terroristes islamistes perpétrés aux États-Unis il y a 20 ans et ont échangé dans ce contexte leurs points de vue sur des questions de politique de sécurité européenne. D’autres sujets étaient également à l’ordre du jour.

Le premier ministre Mateusz Morawiecki et la chancelière fédérale Angela Merkel discutent au bord d’un lac à Varsovie

Échange en tête-à-tête : le premier ministre Mateusz Morawiecki et la chancelière Angela Merkel à Varsovie

Photo : Bundesregierung/Denzel

La chancelière fédérale Angela Merkel s’est rendue samedi à Varsovie pour une visite d’une journée et y a rencontré le premier ministre polonais Mateusz Morawiecki pour des entretiens.
La réunion a notamment porté sur des questions de politique européenne. À l’occasion du 20e anniversaire des attentats islamistes du 11 septembre 2001 contre les États-Unis, Mme Merkel et M. Morawiecki ont notamment évoqué la situation géostratégique de l’Europe. Selon Mme Merkel, l’Europe doit se protéger en raison de ses intérêts et de sa position géographique et faire davantage pour sa sécurité. À la frontière orientale de l’UE, nous sommes actuellement confrontés à une « sorte d’attaque hybride », a affirmé la chancelière. Outre l’aide humanitaire, l’objectif est de protéger les frontières extérieures de l’Union européenne, ce qui est « un objectif commun à tous les États membres de l’Union européenne », a déclaré Mme Merkel. 

Résoudre des questions difficiles par le biais de discussions
Dans le contexte européen, le thème de l’état de droit a également été abordé « de manière assez approfondie », selon Mme Merkel. La chancelière a souligné qu’elle misait sur la résolution de ces questions par la discussion. 

Mme Merkel et M. Morawiecki ont notamment évoqué les défis futurs de l’Europe, par exemple en ce qui concerne la promesse de prospérité de l’Union européenne et l’objectif de parvenir ensemble à la réussite économique. « Nous avons évoqué le fait que l’Europe n’est plus aussi performante dans tous les domaines », a déclaré Mme Merkel. L’action des États-Unis dans le but d’établir leur compétitivité avec l’Asie, par exemple, montre également « les devoirs que nous avons à faire ». « Les investissements dans la recherche et l’innovation figurent en tête de l’ordre du jour », a souligné la chancelière.

La chancelière fédérale Angela Merkel dépose une gerbe sur la tombe du soldat inconnu à Varsovie

Au début de son voyage à Varsovie, la chancelière fédérale Angela Merkel a déposé une gerbe sur la tombe du soldat inconnu

Photo : Bundesregierung/Denzel

La Pologne a un grand chemin de transformation devant elle
La discussion a également porté sur les objectifs climatiques communs de l’UE. Mme Merkel a souligné que la Pologne avait « peut-être le plus grand chemin de transformation devant elle » en ce qui concerne la transition du système énergétique. Préserver l’emploi et, ce faisant, maintenir la confiance sociale, tout en réalisant la transformation vers la neutralité climatique, « cela nous demandera encore beaucoup de force », a déclaré la chancelière. L’Allemagne et la Pologne veulent continuer à se coordonner étroitement dans ce domaine. 

En ce qui concerne les relations germano-polonaises, Mme Merkel a souligné qu’elles avaient bien évolué, « malgré quelques difficultés ». La coopération économique est « très, très bonne », et il y a des relations étroites au-delà des frontières. « Nous devrions également les approfondir », a affirmé Mme Merkel. Ce qui lui tient particulièrement à cœur, c’est le fait qu’il n’y a pas seulement des relations intergouvernementales, « mais aussi de nombreux contacts entre les citoyens de nos pays ». 

Angela Merkel : les relations germano-polonaises sont pour moi une « affaire de cœur »

Les relations germano-polonaises se caractérisent par le fait que « même lorsque nous avons des questions difficiles à discuter, nous sommes à l’écoute de l’autre, sommes ouverts, et essayons de trouver des compromis », a déclaré la chancelière. « L’unité allemande n’aurait pas eu lieu sans les membres de Solidarność, qui ont fait preuve de beaucoup de courage à l’époque et nous ne l’oublierons jamais », a-t-elle souligné. C’est pourquoi les relations entre l’Allemagne et la Pologne ont toujours été « une affaire de cœur » pour elle. De bonnes relations germano-polonaises sont « aussi toujours garantes de la paix » : c’est pourquoi il faut « y mettre toute son énergie », ce qui lui a toujours fait plaisir, a dit la chancelière.

Vous pouvez voir un extrait de la conférence de presse avec la chancelière fédérale Angela Merkel sur la chaîne Twitter du porte-parole du gouvernement fédéral.

La République de Pologne est située géographiquement dans la partie orientale de l’Europe centrale. Près de 38 millions d’habitants vivent sur le territoire national d’une superficie d’un peu plus de 313 000 kilomètres carrés. Seuls cinq pays de l’Union européenne ont une population plus importante. Le pays borde sept États, à savoir la Russie, la Lituanie, le Bélarus, l’Ukraine, la Slovaquie, la République tchèque et l’Allemagne. Varsovie est la capitale et aussi la ville la plus peuplée avec environ 1,75 million d’habitants. En 1999, la Pologne est devenue membre de l’OTAN (Organisation du traité de l’Atlantique Nord) et en 2004, elle a rejoint l’Union européenne.