Investir dans l’avenir de l’Europe

Visite du premier ministre suédois Investir dans l’avenir de l’Europe

Plan de relance européen, pandémie de coronavirus et dossiers internationaux : Angela Merkel et Stefan Löfven ont échangé à Berlin sur une multitude de thèmes d’actualité.

La chancelière fédérale Angela Merkel s’entretient avec Stefan Löfven, le premier ministre suédois

Visite à la Chancellerie fédérale : le premier ministre suédois Stefan Löfven rencontre la chancelière fédérale Angela Merkel à Berlin

Photo : Bundesregierung/Denzel

Initialement, cette visite était prévue en avril. En raison de la pandémie de coronavirus, elle n’a lieu que quelques mois plus tard : la chancelière fédérale Angela Merkel a reçu le premier ministre suédois jeudi pour un déjeuner à la Chancellerie fédérale. Les défis posés par la pandémie de coronavirus ont notamment été au menu de la discussion, a ensuite déclaré Mme Merkel lors d’une conférence de presse commune avec M. Löfven.

Le plan de relance européen : un signal de solidarité

Mme Merkel et M. Löfven ont également parlé du plan de relance européen adopté par les chefs d’État et de gouvernement de l’UE après quatre jours de délibération, le 21 juillet. La chancelière a évoqué à ce sujet un signal de solidarité, et ce « alors que les positions étaient au départ très différentes ».

Le premier ministre suédois et elle se sont accordés sur l’importance de débloquer des fonds afin de permettre de bons investissements, innovants, pour l’avenir. « Car la compétitivité de l’Union européenne et sa force d’innovation seront décisives pour notre force géopolitique et pour définir de quelle manière nous pouvons faire entendre notre voix dans le concert des nations », a souligné la chancelière fédérale.

La présidence allemande du Conseil de l’UE conduit des négociations

Comme l’Allemagne exerce la présidence du Conseil de l’Union européenne, il appartient au gouvernement fédéral de conduire les négociations menées avec le Parlement européen sur le plan de relance et le cadre financier pluriannuel. Des réserves subsistent encore au Parlement en matière d’état de droit, mais également dans la composition des perspectives financières à moyen terme, a expliqué la chancelière. L’on tentera de trouver les meilleures solutions possibles avec le Parlement, dans un respect mutuel. « Ce qui compte pour moi avant toute chose, c’est que les fonds soient disponibles à partir du 1er janvier. C’est pourquoi nous devons nous dépêcher », a rappelé Mme Merkel.

Pour de plus amples informations sur le nouveau cadre financier pluriannuel, rendez-vous ici.

Crises actuelles et prochain Conseil européen

La chancelière fédérale et le premier ministre suédois ont en outre évoqué des thèmes internationaux, tels que la situation au Bélarus. Mme Merkel a par ailleurs informé M. Löfven de l’empoisonnement de l’opposant russe Alexeï Navalny.

Le prochain Conseil européen qui se tiendra les 24 et 25 septembre a aussi été abordé lors de la rencontre. La transformation numérique sera à l’ordre du jour. L’Allemagne et la Suède sont, selon Angela Merkel, d’accord pour faire avancer ce dossier. Mme Merkel a également annoncé pour autres thèmes du sommet les relations avec la Turquie, ainsi que celles avec la Chine.

Mots-clés