Conférence des Nations Unies sur le numérique à Berlin

Le multilatéralisme garantit la liberté de l’Internet

Le Forum sur la gouvernance de l’Internet, qui se tient à Berlin, a pour objectif de garantir un Internet ouvert et sûr pour les générations futures, idéalement grâce à un traité international concernant la société dans son ensemble. La chancelière fédérale Angela Merkel a déclaré que le forum devait aussi être l’occasion de se demander quelles valeurs, principes et règles nous voulons transférer du monde analogique au monde numérique.

La chancelière fédérale Angela Merkel pendant son discours prononcé lors du 14e Forum sur la gouvernance de l’Internet des Nations Unies

Angela Merkel lors du Forum sur la gouvernance de l’Internet : « L’Allemagne est prête à participer à la réorientation de l’Internet »

Photo : Bundesregierung/Steins

Dans son discours d’ouverture du Forum sur la gouvernance de l’Internet (FGI) de cette année, la chancelière fédérale Angela Merkel a réfléchi sur le concept de liberté dans l’histoire : il y a 30 ans, les habitants de la RDA réclamaient leur droit fondamental à la liberté, et les inventeurs de l’Internet, il y a 50 ans, et du « World Wide Web », il y a 30 ans également, ont eux aussi agi dans un esprit de liberté. L’Internet « transcende les frontières et rapproche les personnes. Nous profitons tous de la connectivité mondiale », a souligné la chancelière mardi, à Berlin.

Un monde, un réseau, une vision

Cette année, le FGI se tient pour la première fois en Allemagne, sous le slogan « One World. One Net. One Vision » (Un monde. Un réseau. Une vision). Il s’agit d’un forum de discussion international  sur l’organisation et la sécurité de l’Internet, fondé en 2006 par Kofi Annan, alors secrétaire général des Nations Unies. Plus de 5000 invités ont accepté l’invitation du gouvernement fédéral à Berlin. Dans les prochains jours, ils y discuteront de l’avenir de l’Internet.
Dans son discours, la chancelière a averti que la liberté de l’Internet n’allait aucunement de soi, mais également que cette liberté devait aussi être soumise à des limites lorsque les uns empiètent sur les droits individuels des autres ou les piétinent. L’objectif doit être de préserver et de protéger ce bien précieux à travers les générations.

Façonner la transformation numérique au profit de chaque individu

Mme Merkel a également indiqué clairement que le FGI devait s’opposer fermement aux projets de certains États autocratiques de tracer des frontières politiques et idéologiques sur Internet. La transformation numérique doit être façonnée au profit de chaque individu et la souveraineté numérique doit être un droit fondamental de tout être humain, a-t-elle souligné. Dans l’esprit de l’Organisation des Nations Unies, qui est l’organisation faîtière du forum, seul le multilatéralisme peut freiner ou couper court à de telles tendances, selon la chancelière. « L’Allemagne est prête à contribuer à la réorientation de l’Internet », a-t-elle promis.