L’Europe est notre avenir

La chancelière reçoit le président français Emmanuel Macron L’Europe est notre avenir

Les efforts conjoints de l’Europe dans la lutte contre les conséquences de la pandémie de Covid-19 ont été au cœur des entretiens de la chancelière fédérale avec le président français Emmanuel Macron au château de Meseberg. Outre le programme de relance prévu, d’autres priorités de la présidence du Conseil de l’UE ont été discutées.

La chancelière fédérale Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron devant une porte

La chancelière Angela Merkel et le président Emmanuel Macron lors de leur rencontre au château de Meseberg

Photo : Bundesregierung/Bergmann

La chancelière fédérale Angela Merkel a reçu le président français Emmanuel Macron pour un échange de vues sur des questions d’actualité au château de Meseberg, la résidence des hôtes du gouvernement fédéral. M. Macron est la première haute personnalité étrangère à être reçue en Allemagne depuis le début l’apparition de la pandémie de Covid-19. Ce fut « un bon jour non seulement pour les relations franco-allemandes, mais aussi pour l’Europe », a déclaré la chancelière lors de la conférence de presse qui a suivi.  

Investir ensemble dans l’avenir

L’Allemagne prendra la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne à compter du 1er juillet pour une période de six mois. En 2022, ce sera le tour de la France. C’est dans ce contexte qu’Angela Merkel et Emmanuel Macron ont discuté de manière particulièrement intensive de questions de politique européenne. « Ensemble, l’Allemagne et la France veulent jouer un rôle qui montre clairement que l’Europe est notre avenir », a souligné la chancelière fédérale. Les dirigeants ont également abordé d’autres dossiers bilatéraux et internationaux.

Notre force réside dans la communauté de l’Europe

Les entretiens bilatéraux ont porté principalement sur la relance économique de l’Europe après la crise du coronavirus, à laquelle Mme Merkel et M. Macron attachent la même importance. Les deux dirigeants partagent un engagement fort envers l’Union européenne. Leur initiative conjointe pour la relance européenne du 18 mai en témoigne. L’unité franco-allemande doit donner une impulsion positive à l’ensemble de l’Europe. « Nous venons tous de pays différents, mais ce n’est qu’au sein de la communauté que forme l’Europe que nous pourrons être forts et jouer notre rôle dans le monde », a déclaré la chancelière.

Situé à 60 kilomètres au nord de Berlin, le château de Meseberg, fournissait le cadre approprié à une réunion dans un contexte de pandémie : les règles de distanciation et d’hygiène peuvent y être respectées de manière très stricte. Le château, entouré d’un parc baroque, sert à héberger des invités du gouvernement fédéral depuis 2007. La Fondation Messerschmitt de Munich, qui a assuré la restauration du bâtiment, a cédé le bail du château au gouvernement fédéral moyennant un loyer d’un euro symbolique. Ce n’était d’ailleurs pas la première fois que M. Macron y était reçu : le 19 juin 2018, il y avait adopté, avec la chancelière, la Déclaration de Meseberg pour réformer l’Europe.