Politique des ressources humaines internationales

Les Allemandes plus nombreuses dans les organisations internationales

Le gouvernement fédéral a avancé d’un pas vers son objectif : une représentation appropriée au sein des organisations internationales et des institutions européennes. Telle est la conclusion du 6e rapport sur la présence de personnel allemand dans les organisations internationales, que vient d’adopter aujourd’hui le gouvernement.

Deux femmes travaillent côte à côte au bureau sur un ordinateur portable

Le pourcentage d’Allemandes employées dans les organisations internationales a augmenté

Photo : Getty Images/iStockphoto

Le rapport actuel sur le personnel allemand employé dans les organisations internationales rend compte du développement et des activités du gouvernement fédéral dans le domaine de la politique des ressources humaines internationales en 2017 et 2018. Cette année, les femmes dans les organisations internationales sont au cœur du rapport.

Le gouvernement fédéral tient déjà compte en particulier des candidatures féminines allemandes à des postes de direction importants. Il soutient ainsi les efforts des organisations internationales visant à assurer une représentation égale des deux sexes.

Durant la période considérée, plusieurs succès importants ont été remportés : dans le système des Nations Unies, des Allemands ont obtenu des postes clés, notamment au Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), au Secrétariat des Nations Unies, à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et au Programme alimentaire mondial (PAM).

15 délégations de l’UE dirigées par des Allemands

Concernant la direction des délégations de l’Union européenne, la forte présence allemande a encore pu être développée. Sur les 140 délégations de l’UE, 15 sont dirigées par des Allemands. On mentionnera en particulier ceux qui sont à la tête d’importantes délégations comme Moscou et Tokyo.

Des policiers allemands dirigent deux des missions de l’UE. À l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), l’Allemagne occupe même le premier rang des hautes fonctions et elle fournit deux chefs de mission adjoints.

Le gouvernement fédéral publie tous les deux ans un rapport dans lequel il renseigne sur les évolutions actuelles du personnel allemand dans les organisations internationales.

Du personnel allemand pas encore présent partout

En dépit des bons résultats, l’objectif d’une présence appropriée de personnel allemand n’est pas encore atteint partout. C’est pourquoi le gouvernement fédéral a l’intention de renforcer encore ce pourcentage.

Les conditions générales ne sont pas simples : les pays émergents ont, eux aussi, du retard à rattraper et insistent pour être mieux représentés. Or, de nombreuses organisations sont contraintes, pour des raisons budgétaires, de réduire leur personnel plutôt que de l’augmenter.

Partager la publication
Mots-clés