Le gouvernement allemand prolonge la mission en Méditerranée

La Bundeswehr maintient sa participation à la FINUL

La Bundeswehr continuera de participer au déploiement en Méditerranée de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL). C’est la décision qui vient d’être prise en conseil des ministres. Il reste au Bundestag à approuver cette décision.

Un soldat de la marine allemande en train d’instruire des soldats libanais

La Bundeswehr continuera de former des soldats de la marine libanaise

Photo : Bundeswehr/Wilke

Contribuer à une paix durable et à la stabilité au Proche-Orient constitue pour l’Allemagne un intérêt stratégique. Les soldats de la Bundeswehr continueront donc de veiller, dans le cadre de la FINUL, à un cessez-le-feu durable entre Israël et le Liban. Le mandat est limité au 30 juin 2020 et les effectifs du contingent allemand sont plafonnés à 300 soldats.

Pas de progrès visibles

Il est difficile de progresser vers une paix durable, comme le montre le dernier rapport du Secrétaire général des Nations Unies António Guterres daté du 14 mars 2019 attestant qu’il n’y a à ce jour encore aucune avancée.

Selon ce rapport, les deux parties au conflit continuent d’enfreindre les dispositions de la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Dans la période couverte par le rapport, c’est-à-dire du 27 octobre 2018 au 17 février 2019, des tunnels, dont la construction est attribuée au Hezbollah, ont été découverts le long de la Ligne bleue.

La Ligne bleue est une ligne de démarcation entre le Liban et Israël. Elle a été tracée par les Nations Unies pour contrôler si Israël respecte les dispositions fixées dans la résolution 425 adoptée par les Nations Unies le 19 mars 1978. Cette résolution appelle Israël à cesser son action militaire et à retirer ses forces de tout le territoire libanais.

L’armée de l’air israélienne viole pratiquement tous les jours l’espace aérien libanais. De plus, les forces armées israéliennes ont commencé en janvier 2019 à construire un mur au sud de la Ligne bleue, en partie dans la zone contestée.

La Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) demeure donc un médiateur important et un tampon indispensable entre les deux pays.

Engagement de grande ampleur de l’Allemagne

L’Allemagne continue de participer à la surveillance en mer au large des côtes du Liban et d’Israël. La marine allemande fournit actuellement une corvette à cet effet.

Par ailleurs, la Bundeswehr déploie du personnel au quartier général de la FINUL et assure la formation de la marine libanaise, dont les compétences se sont déjà améliorées ces dernières années. Le Liban n’est cependant toujours pas en mesure de sécuriser ses frontières par ses propres moyens.

Dans le cadre du Groupe international de soutien au Liban, les forces allemandes soutiennent également les réfugiés et les communautés d’accueil dans la région même. Elles aident aussi à mettre en place des forces de sécurité et apportent leur appui au développement économique dans la région.