40e anniversaire du poste de délégué du gouvernement fédéral à l’Intégration

L’ouverture plutôt que le repli sur soi

La chancelière fédérale Angela Merkel a félicité la déléguée du gouvernement fédéral à la Migration, aux Réfugiés et à l’Intégration à l’occasion du 40eanniversaire de la création de ce poste. L’Allemagne est devenue plus ouverte sur le monde, et les délégués du gouvernement fédéral à l’Intégration ont fait avancer le discours, à force de ténacité et de persévérance, a-t-elle déclaré. En tant que pays économiquement prospère, l’Allemagne a besoin de l’immigration.

La chancelière fédérale Angela Merkel pendant son discours prononcé à l’occasion des 40 ans du poste de délégué du gouvernement fédéral à l’Intégration

L’intégration requiert « un esprit de solidarité plutôt que de l’obstination, une vision à long terme plutôt que des œillères, une ouverture aux autres plutôt qu’un repli sur soi-même », selon Angela Merkel

Photo : Bundesregierung/Bergmann

Lors d’une cérémonie intitulée « 40 ans de travail en faveur de l’intégration », la déléguée du gouvernement fédéral à la Migration, aux Réfugiés et à l’Intégration, Annette Widmann-Mauz, a déclaré : « Dans notre pays, une personne sur quatre vient d’une famille ayant connu l’immigration. La prise de conscience que nous sommes un pays d’immigration a mis du temps à faire son chemin. Parfois, il semble que le processus ne soit pas achevé. »

Cependant, la conscience du fait que l’intégration représente un investissement dans l’avenir de notre pays s’est enracinée, selon Mme Widmann-Mauz.
« Mon objectif est que la diversité soit perçue et vécue par tous dans notre pays comme une valeur fondée sur notre Loi fondamentale », résume-t-elle.

Une Allemagne ouverte sur le monde

« Il nous a fallu beaucoup de temps pour parler ouvertement de l’intégration », a, pour sa part, constaté la chancelière fédérale Angela Merkel dans son discours. Les délégués du gouvernement fédéral à l’Intégration ont fait avancer le débat. Ils ont dû faire preuve de ténacité et de persévérance. L’Allemagne est devenue plus ouverte sur le monde. La chancelière comprend l’intégration comme faisant partie de la description des tâches de chaque ministre ainsi que des siennes.

Les femmes : un important facteur d’intégration

La raison exige de s’adresser spécifiquement aux femmes issues de familles d’immigrés et aux femmes réfugiées. Elles jouent un rôle crucial au sein des communautés d’immigrants et de réfugiés. « Ce sont elles qui, dans les familles, transmettent les compétences linguistiques et les valeurs. La contribution des femmes et des mères à l’intégration de leurs familles dans notre société et dans notre culture est cruciale », a affirmé la chancelière.

Le gouvernement peut ouvrir la voie

En ce qui concerne les perspectives économiques de l’Allemagne, Mme Merkel a affirmé que chaque talent devait être mis à contribution. « La prospérité économique en Allemagne dépend aussi des travailleurs étrangers qualifiés », a souligné Angela Merkel. Le gouvernement crée un cadre pour leur contribution avec sa loi relative à l’immigration de main-d’œuvre qualifiée.

« En tant que gouvernement, nous pouvons aider à ouvrir la voie difficile vers l’intégration, mais chaque personne doit l’emprunter », a indiqué la chancelière. Pour que l’intégration réussisse, il faut « un esprit de solidarité plutôt que de l’obstination, une vision à long terme plutôt que des œillères, une ouverture aux autres plutôt qu’un repli sur soi-même ».
C’est une grande chance que tant de personnes s’engagent bénévolement, a souligné Mme Merkel, qui en a profité pour remercier tous ceux « qui accomplissent de si grandes choses dans ce domaine ».

Poursuivre sur cette voie

La déléguée du gouvernement fédéral à la Migration, aux Réfugiés et à l’Intégration continuera à jouer un rôle important. « Ce n’est pas le moment de se croiser les bras, mais bien de se retrousser les manches et de continuer le travail afin que l’Allemagne et tous ceux qui la composent deviennent encore meilleurs », a-t-elle exigé.

40eanniversaire du poste de délégué du gouvernement fédéral à l’Intégration

Le poste a été créé en 1978 sous le chancelier fédéral Helmut Schmidt. À cette époque, il avait pour titre « délégué à la promotion de l’intégration des travailleurs étrangers et des membres de leur famille » ou, dans sa version abrégée, « délégué aux étrangers ». Jusqu’en 2005, le bureau était rattaché à différents ministères fédéraux. En 2005, il a été attribué à la Chancellerie fédérale. Son rang correspondant à celui d’un ministre adjoint auprès de la chancelière fédérale, la déléguée du gouvernement fédéral à l’Intégration assiste aux réunions du conseil des ministres fédéral.

Ont exercé la fonction de délégué à l’Intégration depuis son institution :
•             Heinz Kühn (1978 à 1980)
•             Liselotte Funcke (1980 à 1991)
•             Almuth Berger (1990 à 1991)
•             Cornelia Schmalz-Jacobsen (1991 à 1998)
•             Marieluise Beck (1998 à 2005)
•             Maria Böhmer (2005 à 2013)
•             Aydan Özoguz (2013 à 2018)
•             Annette Widmann-Mauz (depuis 2018)
 


Partager la publication