Rapport sur l’aide allemande à la Syrie

L’Allemagne respecte ses engagements d’aide financière

L’Allemagne a non seulement rempli ses engagements financiers envers la Syrie et les pays voisins mais a également dépassé ces engagements. C’est ce qu’indique le rapport sur la mise en œuvre des résultats de la conférence de Londres sur la Syrie et la région adopté en conseil des ministres fédéral.

À Londres, la chancelière fédérale Angela Merkel au début de la conférence « Supporting Syria and the Region »

Lors de la conférence de Londres en février 2016, l’Allemagne s’est engagée à verser 2,3 milliards d’euros à la Syrie

Photo : Bundesregierung/Denzel

En novembre 2016, le Bundestag avait demandé au gouvernement fédéral de faire rapport sur la mise en œuvre de l’aide à la Syrie. Le rapport qui a été présenté examine en particulier les objectifs et les engagements énoncés en février 2016 dans la déclaration finale de la conférence des donateurs de Londres ainsi que les mesures qui ont suivi.

L’aide de l’Allemagne et de la communauté internationale

Des représentants de 57 pays, de dix organisations régionales et de 19 agences des Nations Unies avaient assisté à la conférence internationale des donateurs « Supporting Syria and the Region », qui s’était tenue à Bruxelles le 25 avril 2018. À titre d’exemple, ceux-ci s’étaient engagés à verser des fonds d’environ 6,2 milliards d’euros au total.
À cette occasion, le gouvernement fédéral avait promis une aide s’élevant à près de 1,8 milliard d’euros, dont environ un milliard d’euros de nouveaux fonds. L’Allemagne a non seulement rempli ses engagements mais les a également dépassés. La communauté des donateurs a également respecté ses engagements pris à Londres en 2016 et à Bruxelles en 2017.

Résultats positifs de l’aide allemande

Le soutien par l’Allemagne de la population en Syrie et dans la région - en Jordanie, au Liban et en Turquie - porte ses fruits. Par exemple, environ 12 000 enseignants syriens ont un emploi et scolarisent plus de 250 000 enfants syriens en Turquie.
Au Liban, le taux de scolarisation a considérablement augmenté grâce aux aides : 70 % des enfants syriens d’âge scolaire vont à l’école. Le gouvernement fédéral estime donc qu’il est approprié de maintenir le niveau élevé de financement que l’Allemagne fournit à la Syrie et à la région.

Enfin, l’Allemagne contribue de manière décisive à ce que le Programme alimentaire mondial en Syrie puisse fournir de la nourriture à plus de trois millions de personnes par mois. De cette manière, le gouvernement fédéral a pu lutter contre la déstabilisation dans la région et créer des perspectives pour que les personnes touchées restent dans la région.

La politique du gouvernement fédéral à l’égard de la Syrie

Le gouvernement fédéral a pour objectif de promouvoir une solution politique durable au conflit syrien. À cette fin, il soutient le processus de négociation de Genève sous les auspices des Nations Unies.

Le gouvernement fédéral est l’un des plus importants donateurs de la région et l’un des plus importants partenaires de la Jordanie, du Liban, de l’Iraq et de la Turquie en ce qui concerne le soutien apporté aux réfugiés syriens et aux communautés d’accueil.
Complétant le processus de paix de Genève sous les auspices des Nations Unies, les conférences internationales des donateurs qui se tiennent depuis 2013 constituent une plate-forme importante pour la coordination et l’intensification de l’assistance internationale en Syrie et dans les pays voisins.

Impact de la guerre civile en Syrie

Plus de sept années de conflit en Syrie ont entraîné une crise humanitaire dans la région. Selon les estimations des Nations Unies, les combats ont fait plus de 400 000 victimes et 1,2 million de blessés dans une grande partie du pays.

Plus de la moitié des 22 millions d’habitants de la Syrie sont en fuite, dont 6,1 millions à l’intérieur de la Syrie. Au moins 5,6 millions de personnes ont fui vers la Turquie, le Liban, la Jordanie, l’Iraq et l’Égypte voisins.

Beaucoup de réfugiés et de personnes déplacées à l’intérieur du pays vivent dans les conditions les plus misérables, parfois même dans des conditions qui mettent leur vie en danger. L’approvisionnement des réfugiés est un défi énorme pour les pays d’accueil des réfugiés. Pour y faire face, l’appui de la communauté internationale est nécessaire.

Partager la publication
Mots-clés