La Bundeswehr au Yémen

L’Allemagne prend part à une mission de l’ONU au Yémen

L’Allemagne participera à la Mission des Nations Unies en appui à l’Accord sur Hodeïda. Le Conseil des ministres fédéral a décidé d’envoyer des soldats de la Bundeswehr et des policiers en tant qu’observateurs non armés au Yémen.

Des habitants regardent les décombres d’une maison endommagée lors d’un raid aérien de la coalition militaire conduite par l’Arabie saoudite

Le cessez-le-feu à Hodeïda est essentiel pour soulager la catastrophe humanitaire au Yémen

Photo : picture alliance / Hani Al-Ansi

Cette décision du gouvernement fédéral répond à une demande des Nations Unies.

La Bundeswehr au Yémen

La mission est initialement mandatée pour six mois, jusqu’à la mi-juillet. L’Allemagne enverra tout d’abord un soldat de la Bundeswehr en civil et non armé. En tant que chef de l’évaluation (Chief Assessment), il appuiera la mission d’observation des Nations Unies. En principe, la décision permet l’envoi de cinq soldats et cinq policiers au maximum.

La Mission des Nations Unies en appui à l’Accord sur Hodeïda (MINUAAH) a été établie le 16 janvier 2019 par le Conseil de sécurité des Nations Unies. Elle sert à mettre en œuvre l’accord conclu en décembre 2018 à Stockholm par le gouvernement yéménite et les rebelles houtistes concernant la ville de Hodeïda et les ports de Hodeïda, Salif et Ras Issa.

 

Sécuriser le cessez-le-feu à Hodeïda

Outre l’Allemagne, plusieurs autres partenaires européens participent déjà à la mission : le Danemark, le Portugal, la Norvège, l’Espagne, la Suède et l’Italie. Une trentaine de personnes sont actuellement déployées dans le cadre de la MINUAAH.

Le ministre fédéral des Affaires étrangères, Heiko Maas, a souligné : « Le cessez-le-feu à Hodeïda est et reste essentiel pour engager un processus de paix politique, avoir une chance d’étendre le cessez-le-feu à tout le pays et soulager la catastrophe humanitaire au Yémen. Il est donc juste d’y contribuer nous aussi en envoyant des experts allemands. »

La participation de soldats allemands à la MINUAAH ne représente pas un « engagement des forces armées » dans le sens de la loi sur la participation du parlement (ParlBG). Elle ne nécessite donc pas la délivrance d’un mandat par le Bundestag.

Situation précaire au Yémen

Après plus de quatre années d’affrontements militaires, le Yémen connaît la pire crise humanitaire au monde. D’après les Nations Unies, des millions de personnes ne peuvent pas être ravitaillées correctement, 250 000 risquent de mourir de faim.

En décembre 2018 à Stockholm, les consultations entre les parties au conflit yéménite avaient pu être relancées sous la médiation des Nations Unies. L’accord sur le cessez-le-feu dans le gouvernorat de Hodeïda représente un espoir de voir la situation humanitaire dramatique au Yémen se détendre. La mise en œuvre de l’accord reste cependant fragile.

La Mission des Nations Unies en appui à l’Accord sur Hodeïda (MINUAAH) est une mission politique spéciale, civile et non armée, mandatée aux termes du chapitre VI de la Charte des Nations Unies et destinée au règlement pacifique des hostilités. Déployée au Yémen, elle n’est pas autorisée à prendre des mesures coercitives.