Le gouvernement fédéral met en place une cellule de crise

Conférence de presse de Jens Spahn et Horst Seehofer Le gouvernement fédéral met en place une cellule de crise

Le gouvernement fédéral a mis en place une cellule de crise sur le coronavirus. L’objectif est de « protéger la population du mieux possible et d’endiguer, autant que faire se peut, l’épidémie », a déclaré le ministre fédéral de la Santé Jens Spahn. En compagnie du ministre fédéral de l’Intérieur Horst Seehofer, il a informé de la situation actuelle.

Le ministre fédéral de la santé Jens Spahn et le ministre fédéral de l’Intérieur Horst Seehofer

Le ministre fédéral de la santé Jens Spahn (g.) et le ministre fédéral de l’Intérieur Horst Seehofer : le gouvernement fédéral prend des mesures pour empêcher l’épidémie de se propager

Photo : Tobias SCHWARZ / AFP via Getty Images

Afin de lutter efficacement contre l’épidémie du nouveau coronavirus, les ministres fédéraux de la Santé et de l’Intérieur ont mis en place une cellule de crise. « Par cette action, nous réagissons à la nouvelle situation dans laquelle se trouvent l’Allemagne, l’Europe et le monde entier », a indiqué Jens Spahn. Il faut s’attendre à ce que l’épidémie continue de s’étendre, y compris sur le sol allemand, a-t-il expliqué.

En faisant participer d’autres ministères, la cellule de crise commune vise à renforcer la prévention de la crise en Allemagne. Lors de la conférence de presse commune, le ministre fédéral de l’Intérieur Horst Seehofer a mis en avant les principales tâches de la cellule de crise destinées à garantir la protection de la population :

1.    Interrompre les chaînes de transmission en Allemagne et
2.    Endiguer les chaînes de transmission vers l’Allemagne

« Protéger du mieux possible les citoyennes et les citoyens »

Concernant les cas d’infection les plus récents en Rhénanie du Nord-Westphalie et dans le Bade-Wurtemberg, l’on est parvenu à identifier à temps les infections, à isoler les personnes contaminées et à les traiter cliniquement, a rapporté le ministre fédéral de la Santé. « Le premier cas en Rhénanie du Nord-Westphalie n’a cependant pas encore pu être identifié. » Dans ce genre de situation, il est important de tout faire pour protéger les citoyens et les citoyennes de manière optimale. Par ailleurs, il s’agit d’enrayer et de freiner l’épidémie.

Répondre aux inquiétudes

Sur leur site Internet respectif, le Centre fédéral d’éducation pour la santé (BZgA), l’Institut Robert Koch (RKI) et le ministère fédéral de la Santé informent en continu de l’évolution de la situation. En composant le numéro 116 117 du service aux patients de l’Association fédérale des médecins de caisse (Kassenärztliche Bundesvereinigung), il est possible d’obtenir des informations supplémentaires sur le coronavirus.

« Le meilleur moyen de répondre aux inquiétudes est de fournir sur place des renseignements fondés », a affirmé M. Spahn. Pour ce faire, les sociétés de bus ou les compagnies de chemin de fer sont invitées à informer en détail leurs clients. Les cabinets médicaux, les hôpitaux et les établissements de soins sont régulièrement approvisionnés en matériel d’information.

« Mieux vaut plus de protection que pas assez »

Pour assurer la protection de la santé des personnes et circonscrire la propagation du virus en provenance d’autres pays, différentes mesures ont été prises. Le gouvernement fédéral va donc imposer, notamment pour les trajets en avion et en bateau, que les voyageurs fournissent des informations sur leur voyage et leur lieu de séjour sur des « cartes de débarquement ». Cela permettra de retracer les chaînes de transmission et de contacter les personnes concernées. Ces cartes seront également utilisées pour le transport transfrontalier par bus et par train sur la base d’une déclaration d’engagement volontaire de la part des sociétés de transport. Par ailleurs, ces sociétés informeront les voyageurs de l’évolution actuelle de la situation et donneront des instructions en cas d’apparition de symptômes.

La cellule de crise mise en place doit examiner dans quelle mesure le trafic transfrontalier de marchandises doit être soumis à des mesures supplémentaires. À cet égard, il s’agit en tout premier lieu de placer la protection de la santé avant les intérêts commerciaux. Les mesures doivent être efficaces et apporter une valeur ajoutée, a ajouté le ministre fédéral de l’Intérieur.