Jour de commémoration et de rappel

70e anniversaire de la libération du camp de concentration de Dachau Jour de commémoration et de rappel

« Non, nous n'oublions pas ! », a souligné la chancelière fédérale Angela Merkel lors du 70e anniversaire de la libération du camp de concentration de Dachau. Selon Mme Merkel, le souvenir des atrocités du régime nazi est un souvenir qui engage l'avenir.

Commémoration à Dachau

C'est de la commémoration que naît la responsabilité pour l'avenir

Photo : BPA/Bergmann

La chancelière fédérale Angela Merkel a participé à la cérémonie commémorative de la libération du camp de concentration de Dachau il y a 70 ans. Elle a rendu hommage, aux côtés de survivants ainsi que de soldats de l'armée américaine, aux victimes du régime nazi. C'est avec une grande émotion que les survivants du camp ont fait part de leurs expériences. La chancelière leur a exprimé sa profonde gratitude.

Maintenir le souvenir

« C'est une grande chance que des gens comme vous soient prêts à nous raconter l'histoire de leur vie. L'infinie souffrance que l'Allemagne a infligée au temps du national-socialisme est fondamentalement hors de portée de notre imagination. » Et les récits des survivants sont d'autant plus importants qu'ils « permettent au moins de se rapprocher un peu de ce qui s'est passé », a ajouté Mme Merkel.

Les voix des survivants nous font clairement voir, à nous tous et en particulier à la jeune génération, à quel point il est important de maintenir le souvenir. Selon Angela Merkel, « ces récits saisissants aident justement les jeunes gens à relier de simples chiffres et dates à des chemins de vie personnels. » C'est là « un souvenir qui engage l'avenir ».

Lutter contre l'antisémitisme

Mme Merkel a déploré que les idées antisémites soient actuellement largement répandues. Il s'agit « de regarder et d'écouter ». Il ne faut pas fermer les yeux sur les propos haineux et les actes de violence antisémites, non plus que sur les attaques terroristes. Angela Merkel a déclaré que « nous sommes appelés à exprimer clairement que la vie juive fait partie de notre identité, que la discrimination, l'exclusion et l'antisémitisme ne doivent pas avoir de place chez nous, et qu'ils doivent être combattus avec détermination et par toute la logique des moyens de l'État de droit ».

La chancelière fédérale a toutefois également rappelé que le fait de s'engager contre l'antisémitisme n'est pas uniquement un devoir national mais aussi citoyen. « Nous le devons à toutes les victimes du national-socialisme », a affirmé Angela Merkel.

Lieux d'apprentissage des générations futures

Mme Merkel a rendu hommage au travail de l'ensemble du personnel œuvrant pour les mémoriaux de camps de concentration : « En tant que lieux d'apprentissage pour les générations futures, ils sont garants du fait que la connaissance de ce qui s'est passé reste vivante et soit transmise ». Les mémoriaux ont ainsi contribué à l'éducation à la démocratie, a souligné la chancelière fédérale, ajoutant : « Nous devons travailler ensemble pour que les jeunes en particulier ne se sentent pas du tout attirés par les sirènes extrémistes ».

Les camps de concentration sont un appel à ne pas oublier. La chancelière l'a affirmé : « Non, nous n'oublions pas ! Nous nous souviendrons, dans l'intérêt des victimes de cette époque, dans notre propre intérêt et dans celui des générations à venir. »

Mémorial du camp de concentration de Dachau

Plus de 200 000 personnes originaires de toute l'Europe furent emprisonnées dans le camp de concentration de Dachau entre 1933 et 1945. Des dizaines de milliers d'entre elles ne survécurent pas à la détention. Dachau servit de modèle aux camps de concentration bâtis ultérieurement sous le règne de terreur national-socialiste. Le 29 avril, les troupes américaines libérèrent le camp.

Le mémorial du camp de concentration de Dachau fut édifié en 1965 à l'initiative et avec le concours de détenus survivants. Aujourd'hui, ce sont quelque 800 000 personnes qui visitent le mémorial chaque année, parmi lesquelles de nombreux jeunes.

Le mémorial fait partie de la Fondation des mémoriaux bavarois. Depuis 2009, il est durablement soutenu par la Fédération, avec 700 000 euros par an. Par le biais de fonds dédiés à des projets, la Fédération a par ailleurs soutenu différentes initiatives de construction et d'exposition, telles que le centre d'accueil des visiteurs ou encore l'exposition permanente.