Coopération franco-allemande

Jean-Yves Le Drian au conseil des ministres en Allemagne

Une haute personnalité étrangère à la table du conseil des ministres : le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères de la République française a participé aujourd’hui à la réunion du conseil des ministres à la Chancellerie fédérale. C’est la concrétisation de ce qui avait été convenu dans le cadre du traité d’Aix-la-Chapelle au début de l’année.

Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian (à g.), la chancelière Angela Merkel (au milieu) et le vice-chancelier Olaf Scholz (à dr.)

Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian (à g.), la chancelière Angela Merkel (au milieu) et le vice-chancelier Olaf Scholz (à dr.)

Photo : Bundesregierung/Kugler

« Un membre du gouvernement d’un des deux États prend part, une fois par trimestre au moins et en alternance, au conseil des ministres de l’autre État », prévoit ce traité franco-allemand. Le ministre français démarrait cet échange.

Coopération franco-allemande

La participation de M. Le Drian au conseil des ministres allemand est un signe de la coopération franco-allemande renforcée dans les domaines des affaires étrangères, de la sécurité et du développement, ainsi que de la coordination étroite dans la politique européenne.

La réunion a porté sur des sujets de la politique européenne et de la politique étrangère. Par ailleurs, on s’est mis d’accord sur une mise en œuvre ambitieuse et rapide des projets convenus dans le traité d’Aix-la-Chapelle.

Ensemble au Conseil de sécurité des Nations Unies

Il a également été question d’une bonne coopération franco-allemande au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies et d’un engagement commun en faveur d’un multilatéralisme fort. La priorité sera accordée ici à un renforcement du droit international humanitaire et du rôle des femmes dans la gestion des conflits.

Étroite concertation dans les décisions concernant l’Europe

Des décisions et étapes importantes nous attendent dans le domaine de la politique européenne, à commencer par les élections européennes au mois de mai, mais il y aussi un nouvel agenda stratégique du Conseil européen pour les cinq prochaines années, la constitution d’un nouveau Parlement européen en juillet ainsi que la désignation d’une nouvelle Commission européenne au mois de novembre et d’un nouveau président du Conseil de l’Union européenne en décembre. La concertation franco-allemande est essentielle pour tous ces enjeux.

Partager la publication