Dossier

Le chef du gouvernement grec en visite à Berlin

Économie, énergie, climat : une coopération plus étroite

L’Allemagne et la Grèce souhaitent intensifier à l’avenir leur coopération dans les domaines de l’énergie et du climat. La chancelière fédérale Angela Merkel l’a affirmé lors de la visite de Kyriakos Mitsotakis, le premier ministre grec. Leur entretien a porté sur les dossiers économiques et européens, mais aussi sur des questions de migration actuelles.

Angela Merkel en conversation avec Kyriakos Mitsotakis, le nouveau premier ministre grec

La chancelière fédérale accueille le nouveau chef du gouvernement grec pour sa première visite officielle à Berlin

Photo : Bundesregierung/Denzel

Pendant la visite de M. Mitsotakis, Mme Merkel a mis l’accent sur les relations bilatérales avec la Grèce, « qui sont bonnes mais qui peuvent être intensifiées ». Elle a par ailleurs souligné le souhait partagé « de coopérer plus étroitement dans les domaines de l’énergie et du climat et, de manière générale, de renforcer les contacts économiques ».

Des possibilités d’investissement pour les entreprises allemandes

La chancelière a salué le projet de programme de réforme économique annoncé par le chef du gouvernement grec. Elle estime que les réformes prévues concernant notamment les privatisations faciliteraient également les possibilités d’investissement pour les entreprises allemandes. Selon elle, ces réformes permettraient en outre « à la Grèce de s’acquitter plus facilement des engagements qui lui restent à remplir dans le cadre des programmes financiers ».

Mettre un terme à la migration illégale

Concernant la problématique migratoire, les deux dirigeants ont proclamé leur soutien à l’accord signé par l’UE avec la Turquie. À ce sujet, Mme Merkel a déclaré : « Je me réjouis de voir que l’une des priorités du nouveau gouvernement grec consiste à concrétiser réellement cet accord », qui vise à « permettre aux réfugiés de rentrer dans leur pays et, par conséquent, à mettre un terme à la migration illégale », a-t-elle ajouté.

S’agissant de la politique européenne, les deux responsables politiques ont échangé sur des aspects de l’élargissement de l’Union européenne. Concrètement, il a été question des négociations relatives à l’adhésion de la Serbie et du Monténégro ainsi que de l’avenir des négociations d’adhésion de la Macédoine du Nord et de l’Albanie.

Au mois de juin dernier, le conseil des ministres fédéral avait donné son aval à la création d’un Office germano-grec pour la Jeunesse, dont le siège allemand sera établi à Leipzig et qui a vocation à rapprocher les jeunes des deux pays et à contribuer ainsi à approfondir la compréhension mutuelle.

Mots-clés