Une évacuation dans le cadre d’une coopération très étroite

Consultations du G7 sur l’Afghanistan Une évacuation dans le cadre d’une coopération très étroite

Les dirigeants du G7 ont convenu de continuer à se concerter étroitement afin de garantir la sécurité de l’évacuation des personnes vulnérables. Dans cette situation, l’entraide est de mise, a déclaré la chancelière fédérale Angela Merkel. Le sommet virtuel avait été convoqué par le premier ministre britannique Boris Johnson en raison de la situation tendue en Afghanistan.

La chancelière Angela Merkel participe en visioconférence au sommet du G7 depuis la Chancellerie fédérale.

Les dirigeants du G7 ont aussi évoqué l’aide humanitaire dans le contexte de la situation en Afghanistan.

Photo : Bundesregierung/Bergmann

Les chefs d’État et de gouvernement du Groupe des Sept (G7) se sont entretenus en visioconférence de la situation actuelle et de la marche à suivre en Afghanistan. Le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres et le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg participaient aussi aux discussions.

Dans un premier temps, les membres du G7 ont évoqué les principaux objectifs des opérations d’évacuation, a indiqué la chancelière à l’issue du sommet. Le président américain Joe Biden a expliqué combien il devient difficile de maintenir la sécurité à l’aéroport de Kaboul. « Les évacuations se déroulent au prix d’efforts considérables », a ajouté Mme Merkel, se réjouissant de la reprise, aujourd’hui, des vols allemands entre Kaboul et Tachkent.

Les États-Unis sont chargés de conduire les opérations

On observe « une coopération très, très étroite » entre les pays du G7 et tous leurs alliés, a-t-elle constaté, ajoutant que l’entraide était de mise. Outre ses propres ressortissants et ses recrutés locaux, l’Allemagne évacue aussi des personnes qui travaillaient pour d’autres pays ou qui s’engagent en particulier en faveur des droits de l’homme. De nombreuses femmes figurent parmi ces militants. Les États-Unis sont chargés de conduire les opérations. Sans eux, les évacuations ne pourraient se poursuivre, a souligné Mme Merkel.

Il n’y a pas eu de report du terme des opérations d’évacuation, a expliqué la chancelière. Localement, les préparatifs de la phase suivante se sont poursuivis, afin de permettre à toutes les personnes vulnérables de quitter le pays. La question de la réouverture d’un aéroport civil à Kaboul joue un rôle crucial à cet égard.

La Déclaration officielle des membres du G7 sur l’Afghanistan est disponible sur la page de la présidence britannique du G7.

Le rôle constructif du Qatar

Par ailleurs, la possibilité de voir se constituer en Afghanistan un gouvernement inclusif, « dans lequel l’ensemble des Afghanes et des Afghans se sentiraient représentés » est, pour les membres du G7, une question capitale, a ajouté la chancelière. Ensemble, les dirigeants ont réaffirmé leur engagement en faveur de la Déclaration des membres du Conseil de sécurité de l’ONU du 16 août 2021. Mme Merkel a salué expressément le rôle constructif du Qatar qui « apporte une contribution déterminante » lors des négociations avec les talibans ainsi que dans le cadre des opérations d’évacuation.

Les membres du G7 ont par ailleurs évoqué la question de l’aide humanitaire. Mme Merkel a annoncé le déblocage d’une aide immédiate de 100 millions d’euros, à laquelle viendront s’ajouter 500 millions. Ces fonds seront essentiellement destinés à des agences de l’ONU. La chancelière a demandé au secrétaire général des Nations Unies « de nous faire savoir très précisément quels sont les besoins les plus urgents », a-t-elle expliqué. La réouverture d’un aéroport civil est également très importante pour le transport de biens humanitaires.

L’unité face aux talibans

La migration vers les pays voisins de l’Afghanistan n’est pas encore très importante, a déclaré Mme Merkel. L’Allemagne est prête à coopérer avec des pays tels que le Pakistan ou l’Iran dans le cadre de la prise en charge des réfugiés. Les membres du G7 vont maintenant arrêter une feuille de route pour dialoguer avec les talibans. « Nous tenons à afficher notre unité, et à intervenir à l’unisson en tant que G7 », a insisté Mme Merkel.

Le Royaume-Uni préside actuellement le G7, le « Groupe des Sept ». Le Groupe des Sept (G7), tout comme le Groupe des Vingt (G20), n’est pas une organisation internationale, mais un forum informel réunissant les chefs d’État ou de gouvernement de ses membres : l’Allemagne, le Canada, les États-Unis d’Amérique, la France, l’Italie, le Japon et le Royaume-Uni. Voici des questions et réponses sur le Groupe des Sept : le G7

Vous trouverez ici d’autres informations ministère fédéral des Affaires étrangères :
Évacuation d’Afghanistan – Ministère fédéral des Affaires étrangères