L’Allemagne au Conseil de sécurité des Nations Unies – Première partie

Femmes, paix et sécurité

Participation politique accrue des femmes et meilleure protection contre les violences sexuelles dans les régions en conflit ainsi que protection des femmes et des petites filles en général, tels sont les grands thèmes définis par l’Allemagne pour son mandat au Conseil de sécurité des Nations Unies. La présidence allemande débutera en avril 2019.

Une femme yézidie avance sur une route poussièreuse avec ses trois petits enfants, dont l’un dans ses bras. En arrière-plan, on voit d’autres Yézidis en fuite.

L’Allemagne s’engage pour que les crimes commis par l’EI contre des femmes yézidies en Iraq fassent l’objet de poursuites pénales.

Photo : Reuters/Said

Le gouvernement fédéral réaffirme ainsi considérer la résolution 1325 du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité, ainsi que sa mise en œuvre, comme objectif majeur de l’Allemagne aux Nations Unies.

La résolution 1325 sur les femmes, la paix et la sécurité de même que les résolutions suivantes visent à assurer la pleine participation des femmes à la prévention et au règlement des conflits ainsi qu’à la consolidation de la paix. À travers cette résolution, les États membres des Nations Unies réitèrent par ailleurs leur volonté de protéger les femmes et les petites filles mais aussi les garçons et les hommes contre les actes de violence sexiste dans les situations de conflit armé.

Pour une participation des femmes à la politique

Le gouvernement fédéral s’engage pour que les femmes soient davantage associées aux processus de paix internationaux.

L’Allemagne prendra par exemple la coprésidence du groupe informel d’experts sur les femmes, la paix et la sécurité. Ce groupe analyse la situation des femmes dans différents pays et émet des recommandations pour améliorer encore l’application de la résolution 1325 dans ces pays. En janvier 2019, une première réunion informelle a déjà été organisée sur la situation des femmes en Afrique du Nord et au Proche-Orient.

En tant que pays hôte d’un événement parallèle organisé pour le proche 20e anniversaire de la résolution 1325, l’Allemagne veut en outre encourager d’autres États membres des Nations Unies à prendre des engagements concrets pour faire participer les femmes aux processus de paix.

Contre les violences sexuelles

Empêcher, combattre et analyser de manière encore plus ciblée et globale les violences sexuelles partout dans le monde est l’un des objectifs majeurs de l’Allemagne. Pour cette raison, le gouvernement prévoit toute une série de mesures différentes. Le traditionnel débat public du Conseil de sécurité consacré aux violences sexuelles, qui aura lieu en avril, sera présidé par l’Allemagne. Dans ce contexte, le gouvernement fédéral plaide pour une résolution améliorant la prévention, la lutte et l’analyse des violences sexuelles liées à des conflits. Pour ce faire, l’Allemagne prévoit notamment de renforcer le mandat de la Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit. De plus, le Conseil de sécurité devra examiner les cas de violences sexuelles avec plus de rigueur et dans l’optique des victimes.

Application de la résolution 1325 au niveau national

Pour assurer l’application de la résolution 1325 sur le plan national, le Conseil des ministres fédéral avait adopté en 2017 le deuxième plan d’action du gouvernement fédéral (National Action Plan II, en abrégé NAP II) pour la période 2017-2020. Dans ce document, le gouvernement fédéral s’engage à prendre quantité de mesures, dont le développement de la protection en matière pénale, également concernant les actes de violence sexiste.

On mentionnera comme exemple très positif le programme d’accueil des femmes et enfants particulièrement vulnérables venus du nord de l’Iraq, qui a été adopté par le Land de Bade-Wurtemberg. Sur la base de ce programme, le Land a accueilli plus de 1 100 femmes et enfants, en majorité des Yézidis, qui étaient persécutés par le groupe terroriste « État islamique » (EI).

Les Yézidis sont une minorité religieuse qui vit notamment en Iraq. Cette minorité a été massivement persécutée lors de la progression de l’EI dans le pays. Les victimes sont surtout des femmes et des petites filles. Les Nations Unies font état d’enlèvements, de viols et de mutilations de femmes yézidies. Selon les estimations, plus de 5 000 femmes et petites filles ont ainsi été prises en otages, violées, mariées de force, réduites à l’esclavage, voire assassinées.

Dans le cadre de son vaste engagement en Iraq, l’Allemagne soutient également sur place les Yézidis victimes de l’EI. Ayant fourni plus d’1,5 milliard d’euros pour des mesures humanitaires depuis 2014, elle est devenue l’un des principaux donateurs internationaux.

Des réseaux pour la paix

Afin de faire progresser la participation politique des femmes tout en les protégeant mieux contre les violences sexuelles, l’Allemagne s’implique dans différents réseaux au sein de l’Union européenne et à l’échelle internationale.

Elle est membre par exemple du Réseau des points de contact nationaux pour les femmes, la paix et la sécurité (Women, Peace and Security Focal Points Network, WPS-FPN). Ce réseau créé en 2016 comprend plus de 80 pays et organisations régionales. Le but de cette initiative est d’assurer un échange de vues sur la mise en œuvre de la résolution 1325.

Par ailleurs, le gouvernement fédéral soutient financièrement et politiquement le Réseau des femmes d’influence en Afrique (African Women Leaders Network, AWLN), à la fondation duquel il a participé en 2017, aux côtés d’ONU Femmes et de l’Union africaine. L’initiative s’emploie à renforcer le rôle dirigeant des femmes dans la transformation de l’Afrique.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies est le principal organe des Nations Unies. Son objectif consiste à maintenir la paix dans le monde et à assurer la sécurité internationale. Le Conseil se compose de cinq membres permanents (États-Unis, Russie, Chine, Royaume-Uni et France) et de dix membres non permanents qui sont élus respectivement pour deux ans. L’Allemagne est membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies depuis le 1er janvier 2019, une bonne occasion pour faire connaître dans une petite série d’articles les priorités que l’Allemagne s’est fixées durant ce mandat.

Partager la publication