La première ministre serbe rend visite à la chancelière

Politique exemplaire pour l'Europe en matière de transformation numérique

La Serbie est pionnière dans les domaines de la transformation numérique et des services, a déclaré la chancelière fédérale après avoir accueilli la première ministre serbe Ana Brnabic mercredi, à Berlin. Elle a également dit se réjouir de la valeur ajoutée apportée par le « processus de Berlin » dans la région des Balkans.

La chancelière fédérale Angela Merkel accueille la première ministre serbe Ana Brnabic à la Chancellerie fédérale

La coopération bilatérale est une « réussite», a souligné la chancelière lors de la visite de la première ministre serbe à Berlin

Photo : Bundesregierung/Denzel

Ana Brnabic est la première femme à occuper un haut poste au sein du gouvernement serbe, et ce depuis juin 2017. Mercredi, la chancelière fédérale Angela Merkel a accueilli la première ministre avec les honneurs militaires à la Chancellerie fédérale.

L'Allemagne, un partenaire commercial important

« Sur le plan bilatéral, nous pouvons souligner la réussite de notre coopération », a affirmé la chancelière fédérale. En effet, la Serbie compte 400 entreprises allemandes qui emploient 60 000 personnes. Cela fait de l'Allemagne un partenaire commercial important de la Serbie.

La Serbie : un pays exemplaire dans le domaine de la transformation numérique 

Angela Merkel a notamment fait remarquer que la première ministre Ana Brnabic ne plaçait pas seulement la politique économique et la lutte contre le chômage parmi ses priorités. En effet, la Serbie met également l'accent sur la transformation numérique et le secteur des services. Au vu du taux de chômage des jeunes encore assez élevé en Serbie, cela constitue « un véritable investissement pour l’avenir ».

« Je crois que ce que la Serbie accomplit dans le domaine de la transformation numérique, y compris la formation au numérique dans les écoles, est plus que satisfaisant et même exemplaire pour de nombreux pays européens », a déclaré la chancelière.

Le processus de Berlin crée de la valeur ajoutée 

Angela Merkel s'est montrée ravie du fait que le processus de Berlin, dont elle avait été l’initiatrice, ait apporté une valeur ajoutée et donné lieu à de nombreuses coopérations. Le processus offre des moyens de résoudre les conflits bilatéraux comme celui entre la Serbie et le Kosovo. « Je crois qu’il nous faut continuer sur ce chemin, pas à pas », a poursuivi la chancelière.

En 2014, la chancelière fédérale avait lancé le « processus de Berlin », qui a servi de point de départ aux sommets des Balkans occidentaux. L'objectif consiste à renforcer la paix, la sécurité et la stabilité dans les pays des Balkans occidentaux et à soutenir le développement de la région.

Adhésion à l'UE : les conditions requises doivent être réunies 

À propos de l’adhésion à l'UE souhaitée par la Serbie, la chancelière a souligné qu'il n'y avait aucune échéance. Ce qui importe, c'est que les États candidats à l'adhésion remplissent les conditions requises. « Dès que la Serbie répondra à toutes ces conditions, le temps sera venu de parler d'adhésion. »