Conseil européen

Accord sur les postes-clés de l’UE

Les dirigeants de l’Union européenne ont nommé Ursula von der Leyen, actuellement ministre allemande de la Défense, à la fonction de présidente de la Commission européenne. Une décision a également été prise concernant les autres plus hautes fonctions de l’UE. « Nous avons maintenant une bonne répartition des postes et avons accordé une grande importance à un bon fonctionnement », a déclaré Angela Merkel.

Angela Merkel pendant une conférence de presse à Bruxelles

Après la décision du Conseil européen concernant les nominations aux plus hautes fonctions de l’UE, la chancelière fédérale donne une conférence de presse à Bruxelles

Photo : Bundesregierung/Kugler

La ministre fédérale de la Défense, Ursula von der Leyen, devrait prendre la tête de la Commission européenne. Les chefs d’État ou de gouvernement se sont accordés sur sa nomination lors d’une réunion extraordinaire du Conseil européen à Bruxelles. Cette proposition doit encore être approuvée par le Parlement européen. Mme von der Leyen serait alors la première femme à diriger la Commission européenne.

Après la décision du Conseil européen sur les nominations aux plus hautes fonctions de l’UE, la chancelière fédérale a constaté : « Nous avons maintenant une bonne répartition des postes et avons accordé une grande importance à un bon fonctionnement. »

Des décisions largement unanimes

Outre la nomination de Mme von der Leyen à la fonction de présidente de la Commission européenne, le Conseil européen a élu le premier ministre belge Charles Michel président du Conseil européen. Les dirigeants ont désigné Josep Borrell, l’actuel chef de la diplomatie espagnole, pour la fonction de haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. La Française Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), a été choisie pour la fonction de présidente de la Banque centrale européenne (BCE).

Mme Merkel a souligné que le Conseil européen avait fait preuve d’efficacité. « Je pense qu’il est important d’avoir pu prendre aujourd’hui des décisions largement unanimes », a-t-elle constaté, ajoutant que cela était essentiel pour la future capacité de travail. Chacun a dû bouger de sa position pour parvenir à ce résultat, mais le Conseil européen a démontré une fois de plus qu’il en était capable, a conclu la chancelière.

Lors du Conseil européen du 21 juin, aucune majorité n’avait pu se dégager dans un premier temps pour désigner quelqu’un pour remplacer Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission européenne. Le président du Conseil européen, Donald Tusk, avait alors invité les dirigeants européens à une réunion extraordinaire du Conseil européen le 30 juin 2019. Entretemps, il avait poursuivi ses consultations, notamment avec le Parlement européen.


Mots-clés