Rapport 2019 sur la formation professionnelle

De bonnes possibilités pour les jeunes

Un plus grand nombre de places d’apprentissage, d’intéressés et de contrats de formation, telles sont les conclusions du rapport 2019 sur la formation professionnelle qui vient d’être adopté par le Conseil des ministres.

Une jeune en formation dans un studio de télévision. En arrière-plan flou, on voit un homme sous les projecteurs qui parle face à la caméra

Les formations dans le domaine des médias ont beaucoup de succès

Photo : Getty Images

La situation sur le marché de la formation a continué de s’améliorer pour les jeunes : les possibilités de trouver une place d’apprentissage ont encore augmenté. Les propositions des entreprises étaient dernièrement encore plus nombreuses. En même temps, les entreprises formatrices ont de plus en plus tendance à garder les jeunes après leur formation. D’après le rapport, le taux de reprise est passé de 68 à 74 pour cent.

Nouvelle augmentation des contrats de formation

Dans l’ensemble, les entreprises ont proposé plus de places d’apprentissage que l’année précédente. Ainsi au 30 septembre 2018, 589 100 places d’apprentissage étaient disponibles, soit 16 800 de plus qu’en 2017. 531 400 contrats de formation ont pu être conclus, ce qui représente une nette augmentation de 8 100 contrats.

Le rapport entre l’offre et la demande a par ailleurs continué d’évoluer en faveur des jeunes : il y a 106 places d’apprentissage pour 100 candidats. Un an plus tôt, ce chiffre ne dépassait pas 104,6.

De meilleures opportunités en dépit d’une demande accrue

L’amélioration des possibilités pour les jeunes est d’autant plus étonnante que 2018 est la deuxième année consécutive où la demande de places d’apprentissage s’est encore accrue, en raison notamment des candidatures plus nombreuses de jeunes réfugiés. Leur nombre a nettement augmenté et atteint 38 300.

Des différences selon les régions et les secteurs

Le rapport sur la formation professionnelle met en relief non seulement les succès mais aussi les défis qui se posent sur le marché de la formation. Par exemple, l’on ne parvient pas toujours à faire concorder places à pourvoir et candidats : fin septembre 2018, 57 700 places d’apprentissage restaient vacantes, alors que 24 500 jeunes n’avaient pas trouvé de place.

Il est d’autant plus important d’être flexible dans le choix de sa profession et de son lieu de formation. Dans certaines régions du nord et du nord-est de l’Allemagne ainsi que dans le bassin de la Ruhr, on relève des problèmes résultant de la non-concordance entre l’offre et la demande, tandis que dans le sud de la Bavière, le Münsterland et l’Emsland, l’offre et la demande sont plus équilibrées. Il y a également des disparités entre les différents secteurs : il est relativement difficile de trouver preneur pour les places d’apprentissage dans l’artisanat agroalimentaire, la gastronomie et le secteur du nettoyage. Les professions en rapport avec les médias et dans le domaine commercial sont en revanche très appréciées.

Le gouvernement fédéral encourage l’orientation professionnelle

Pour le gouvernement fédéral, il est essentiel que les jeunes soient informés tôt, grâce à des offres de conseil et d’orientation professionnels, des opportunités et qu’ils connaissent la situation sur le marché de la formation. Les analyses de potentiel et les journées atelier organisées dans les écoles font partie de ce soutien. Elles donnent aux jeunes la possibilité de sonder leurs intérêts et leurs talents, ainsi que de découvrir les métiers moins connus. Les activités de conseil et d’orientation professionnels sont actuellement renforcées dans les lycées.

Éviter les sorties sans qualifications

Qui commence une formation devrait si possible la mener à bien. C’est pourquoi le gouvernement fédéral soutient les jeunes en formation par le biais de la « formation assistée » et des « aides d’accompagnement à la formation ». Ces instruments lui permettent de soutenir individuellement les jeunes en formation et de leur apporter un accompagnement sociopédagogique.

Pour les jeunes qui risquent d’interrompre leur formation, le gouvernement fédéral a lancé par ailleurs un programme anti-décrochage (Verhinderung von Ausbildungsabbrüchen).

Le gouvernement fédéral s’est fixé comme objectif pour les prochaines années de moderniser la formation professionnelle et de la rendre plus attrayante, surtout pour les meilleurs élèves. À la base, la formation professionnelle est une trajectoire de même valeur que la formation universitaire. Le système éducatif allemand est très réputé, y compris à l’étranger. Il se caractérise par un bas taux de chômage des jeunes, une formation de qualité et des taux élevés de reprise par les entreprises formatrices.