Adoption d’une loi relative à l’immigration de main-d’œuvre qualifiée

Davantage de travailleurs qualifiés pour l'Allemagne

Le gouvernement fédéral a décidé de limiter les obstacles pour l'immigration de travailleurs qualifiés. La loi relative à l'immigration de main-d'œuvre qualifiée permet aux ressortissants qualifiés de pays ne faisant pas partie de l'Union européenne de venir plus facilement en Allemagne. Il s'agit là d'une mesure visant à remédier à la pénurie dans ce domaine.

Deux mécaniciens d'hélicoptère à l'œuvre, munis d'un ordinateur portable

La loi définit de manière claire et transparente qui est autorisé ou non à venir travailler ou suivre une formation en Allemagne.

Photo : mauritius images

Répondre au besoin de main-d'œuvre qualifiée fait partie des tâches essentielles de cette législature. Afin de garantir un site économique allemand fort, il est important de veiller à préserver et à élargir la base de main-d'œuvre qualifiée en fonction des besoins de l'économie.

S’il s’agit d’exploiter avant tout les potentiels de main-d’œuvre situés sur les marchés allemand et européen, la République fédérale est, au vu de l'évolution démographique, également tributaire de la main-d'œuvre qualifiée venant de pays tiers. Le gouvernement fédéral poursuit donc une approche globale et le projet de loi fait partie intégrante de la stratégie sur la main-d'œuvre qualifiée également adoptée mercredi.

Immigration de main-d’œuvre adaptée aux besoins

Grâce à cette loi, le gouvernement fédéral crée le cadre d'une immigration de main-d'œuvre qualifiée de pays tiers, qui est à la fois orientée vers l'avenir et adaptée aux besoins. La grande coalition met ainsi en œuvre l'un de ses projets phares en matière de politique migratoire.

La loi définit de manière claire et transparente qui est autorisé ou non à venir travailler ou suivre une formation en Allemagne.

Parmi les nouveautés essentielles figurent :

  • un terme unique, celui de « main-d'œuvre qualifiée », qui englobe à la fois les diplômés de l'enseignement supérieur et les actifs justifiant d'une qualification professionnelle
  • la renonciation à un examen de priorité en cas de qualification reconnue et de contrat de travail
  • la possibilité pour des personnes disposant d’une formation professionnelle qualifiée d’occuper des postes autres que ceux pour lesquels on manque de personnel
  • de même, la possibilité pour les travailleurs qualifiés – comme le prévoit déjà la réglementation actuelle pour les diplômés de l'enseignement supérieur – de venir en Allemagne pour une période limitée dans le but d'y trouver un emploi (il faut pour cela avoir des connaissances de la langue allemande et disposer des ressources nécessaires pour subvenir à ses besoins)
  • l'amélioration des possibilités de séjour en Allemagne en vue d’une reconnaissance des qualifications professionnelles grâce à la participation à des mesures de qualification
  • une simplification des procédures, une mise en commun des compétences au sein de services centraux des étrangers et une procédure accélérée pour la main-d'œuvre qualifiée

Des mesures d'accompagnement

Afin de garantir une augmentation ciblée de l'immigration de travailleurs qualifiés venant de pays tiers, le gouvernement fédéral complète et accompagne les dispositions de la loi relative à l'immigration de main-d'œuvre qualifiée d'améliorations supplémentaires en matière de procédures administratives. En font partie notamment les procédures de visas, les mesures incitatrices ciblées menées de concert avec les milieux économiques, l'accélération des procédures de reconnaissance de diplômes étrangers et le renforcement des efforts visant à encourager l’apprentissage de l’allemand, en particulier à l'étranger.

Immigration pour le travail

« Nous défendons non pas une immigration dans les systèmes sociaux mais pour le travail. Tel est notre objectif. Par ailleurs, nous pouvons, par ce biais-là, faire un peu reculer la migration irrégulière », a déclaré le ministre fédéral de l'Intérieur Horst Seehofer lors d'une conférence de presse commune avec le ministre fédéral du Travail Hubertus Heil et le ministre fédéral de l'Économie Peter Altmaier, à Berlin. C'est pourquoi le principe de la séparation entre migration d'asile et migration économique est maintenu.

Partager la publication