Relancer l’économie

Plan de relance Relancer l’économie

Baisse de la TVA, prime pour les familles, aides aux entreprises : le gouvernement fédéral a introduit de nombreux allégements fiscaux. Ils doivent contribuer à sortir rapidement l’économie allemande de la crise et à la préparer pour l’avenir. Aperçu des trois principaux axes.

Le graphique montre des mesures faisant partie du plan de relance économique adopté en conseil des ministres fédéral

Le conseil des ministres fédéral a adopté un plan de relance pour stimuler l’économie

Afficher la description détaillée

Photo : Bundesregierung

Les conséquences économiques de la pandémie de Covid-19 placent les individus et les entreprises devant de grands défis. À présent, l’important est de relancer rapidement l’économie et de soutenir le pouvoir d’achat des citoyens. À cette fin, le gouvernement fédéral a mis en place des mesures fiscales destinées à stimuler rapidement l’économie et à lui apporter un soutien durable. Elles font partie du plan de relance et pour l’avenir préparé par les coalitions gouvernementales et présenté début juin.

Elles prévoient notamment :

1. Des allègements pour tous

L’augmentation de la consommation peut contribuer à stimuler l’économie nationale. Afin que davantage de personnes prennent dès maintenant une éventuelle décision d’achat au lieu de la reporter, les taux de TVA seront temporairement réduits de 19 à 16 % et de 7 à 5 %. Les taux réduits s’appliquent du 1er juillet au 31 décembre 2020.

2. Des aides aux familles

Les parents reçoivent une prime unique (« Kinderbonus ») de 300 euros pour chaque enfant ayant droit à des allocations familiales. Cette prime est imposable, mais n’est pas soumise aux prélèvements sociaux. Elle doit bénéficier aux familles à petits et moyens revenus.

Les familles monoparentales verront leur charge fiscale allégée. La part non imposable de leur revenu passera de 1 908 euros à 4 008 euros par an pour 2020 et 2021.

3. Un soutien aux entreprises

Afin de garantir la liquidité, les entreprises devraient être mieux à même de compenser leurs pertes par des bénéfices des années précédentes. À cette fin, le report rétrospectif de pertes pour 2020 et 2021 sera porté à cinq millions d’euros - ou à dix millions d’euros dans le cas d’une imposition commune.

Il y aura également, pour 2020 et 2021, une amélioration des possibilités de déductions pour amortissement pour les actifs d’exploitation. Cela devrait motiver les entreprises à investir maintenant et à ne pas reporter leurs achats.

Malgré la crise, les entreprises devraient également pouvoir investir dans la recherche et le développement et ainsi, dans la viabilité de leurs produits. À cette fin, l’assiette fiscale pour l’aide à la recherche sera doublée pour atteindre quatre millions d’euros par entreprise et par an pour une durée limitée, soit jusqu’à la fin de 2025.