Objectif de paix et de stabilité pour la Libye

Visite du président du Conseil présidentiel libyen Objectif de paix et de stabilité pour la Libye

L’avenir de la Libye doit être façonné par les citoyennes et les citoyens du pays, a souligné la chancelière fédérale Angela Merkel lors d’une rencontre avec le président du Conseil présidentiel libyen Mohamed Al-Manfi. À l’ordre du jour de cet entretien figuraient, outre le processus de paix, les élections à venir et la situation économique en Libye.

La chancelière fédérale Angela Merkel et le président du Conseil présidentiel libyen Mohamed Al-Manfi

Angela Merkel accueille le président du Conseil présidentiel libyen Mohamed Al-Manfi : « La population libyenne a besoin de moyens de subsistance suffisants. »

Photo : Bundesregierung/Kugler

Le gouvernement fédéral s’est intéressé de très près au dossier libyen « car nous pensons qu’une résolution diplomatique des problèmes en Libye pourrait en fin de compte avoir un effet pacificateur à maints égards, non seulement en Libye mais également sur l’ensemble du continent africain ». Tels sont les propos tenus par la chancelière fédérale Angela Merkel, vendredi, avant sa rencontre avec le président du Conseil présidentiel libyen Mohamed Al-Manfi, à la Chancellerie fédérale.

Élections : des préparatifs qui laissent à désirer

En Libye, des élections législatives et présidentielles sont prévues le 24 décembre. C’est ce que prévoit la feuille de route adoptée par le Forum de dialogue politique libyen (FDPL) et en faveur de laquelle le gouvernement fédéral s’engage aux côtés des Nations Unies. Les préparatifs des élections continuent de laisser à désirer, a cependant souligné la chancelière. Il reste encore beaucoup à faire. Elle a dit vouloir s’entretenir par la suite de ce sujet avec Mohamed Al-Manfi.

Retrait des troupes et mercenaires étrangers

« La question de l’avenir de la Libye doit être réglée par les forces libyennes et la population libyenne et non pas par une influence étrangère », a déclaré la chancelière fédérale. Il est donc important d’avancer dans le dossier du retrait des troupes et mercenaires étrangers.

En même temps, l’économie du pays doit être renforcée. En effet, détresse et pénurie sévissent en Libye en dépit de la présence de gisements de pétrole qui en font un pays riche. « La population libyenne a besoin de moyens de subsistance suffisants », a affirmé la chancelière. L’Allemagne est de la partie dans la stabilisation économique de la Libye, y compris avec l’appui d’entreprises étrangères, a-t-elle ajouté.

En septembre 2019, dans le cadre du processus de Berlin, le gouvernement fédéral a initié des efforts diplomatiques internationaux en vue de soutenir les Nations Unies sur la voie menant à un retour à la paix. Cela a donné lieu, le 19 janvier 2021, à la première conférence de Berlin sur la Libye qui vise à aider les Libyens à rétablir la paix, à restaurer des institutions démocratiques et à mettre en œuvre des réformes politiques et économiques. Depuis, de grandes avancées ont pu se réaliser dans le processus de stabilisation, comme en témoigne l’accord de cessez-le-feu conclu en octobre 2020. En février 2021, le Forum de dialogue politique libyen (FDPL), issu de la conférence de Berlin, a élu le gouvernement de transition d’unité nationale formé par le premier ministre Abdelhamid Dbeiba.