Dialogue de Petersberg sur le climat

Cadre réglementaire pour la protection du climat

« Les problèmes mondiaux ne peuvent être résolus qu’ensemble », a déclaré la chancelière lors de dernière édition du Dialogue de Petersberg sur le climat. Les représentants de 35 pays participaient à Berlin à la préparation de la prochaine conférence sur le climat.

Leur objectif : fixer des règles contraignantes pour mettre en œuvre l’Accord de Paris sur le climat.

L’Allemagne soutient pleinement l’Accord de Paris sur le climat, a réaffirmé Angela Merkel. À l’heure actuelle, 178 pays ont ratifié cet accord.

Il y a un an, les États-Unis avaient annoncé vouloir se retirer de l’Accord de Paris. Sur cette toile de fond, Angela Merkel a plaidé fermement pour une coopération renforcée dans le domaine de la protection du climat : « Nous voulons qu’un cadre réglementaire contraignant soit adopté d’ici à la COP24 qui se tiendra à Katowice, en Pologne, à la fin de l’année.

Améliorer les engagements nationaux pour lutter contre le changement climatique

Les pays signataires de l’Accord de Paris se sont engagés à élaborer des règles concrètes et contraignantes pour appliquer l’accord. Or ce cadre réglementaire doit être prêt d’ici à la conférence mondiale sur le climat de Katowice.

Les efforts nationaux ne suffisent pas encore à contrer le changement climatique. Les contributions des différents pays devront désormais être mesurables et comparables. De nombreux pays veulent étendre leurs engagements nationaux et envoyer ainsi un signal politique clair en décembre.

« Au lieu de contenir le réchauffement climatique nettement en dessous de 2 degrés Celsius, nous nous trouvons toujours actuellement, avec les politiques que nous avons adoptées, plus proches des 3 degrés Celsius à l’échelle mondiale », a déclaré la ministre fédérale de l’Environnement, Svenja Schulze, lors de l’ouverture du Dialogue de Petersberg. Si l’on n’agit pas, plusieurs centaines de millions de personnes risquent, d’ici à 2100, d’être touchées chaque année, dans le monde entier, par des inondations, a-t-elle prévenu.

L’Allemagne redouble d’efforts

Le rapport actuel sur la protection du climat montre que l’Allemagne ne sera pas, elle non plus, en mesure d’atteindre les objectifs qu’elle s’est fixés. « Nous devons le concéder, en Allemagne aussi, nous devons à nouveau améliorer nos résultats », a déclaré Mme Merkel.

Le gouvernement fédéral travaille résolument à la sortie du charbon comme source d’électricité. Pour que cela ne se fasse pas aux dépens de la population, le gouvernement fédéral a créé une commission sur le changement structurel. Cette commission intitulée « Croissance, changement structurel et emploi » est chargée d’élaborer d’ici au mois de décembre des propositions pour un développement structurel socialement juste et économiquement responsable. Selon Mme Merkel, ce sont avant tout les personnes concernées et non pas seulement les émissions de CO2 qui importent dans le changement.

Le gouvernement fédéral organise le Dialogue de Petersberg sur le climat depuis 2010. Le forum porte le nom de l’endroit où il s’était tenu la première année, à savoir Petersberg, près de Bonn. Cette rencontre s’est établie entretemps comme un rendez-vous important de la diplomatie climatique internationale. Elle prépare chaque année la prochaine conférence mondiale sur le climat. Il s’agit d’un rendez-vous informel, propice donc à un franc débat. Chaque année, la réunion est présidée par le pays qui accueillera la prochaine conférence mondiale sur le climat. Cette année, c’est la Pologne.