Stratégie commune dans la lutte contre la pandémie

Conférence Fédération-Länder Stratégie commune dans la lutte contre la pandémie

La chancelière fédérale a parlé avec les cheffes et chefs de gouvernement des Länder des défis à relever dans le contexte de la pandémie de COVID-19. La Fédération et les Länder se sont entendus sur de nouvelles mesures d’assouplissement : les services religieux seront de nouveau célébrés et les aires de jeux seront rouvertes. Il nous faut cependant rester prudents, a souligné la chancelière.

La chancelière fédérale Angela Merkel, le ministre-président Markus Söder, le maire Peter Tschentscher lors de la conférence de presse portant sur l’accord entre la Fédération et les Länder

La chancelière fédérale Angela Merkel lors de la conférence de presse portant sur l’accord entre la Fédération et les Länder

Photo : Bundesregierung/Denzel

L’Allemagne étant un pays fédéral, les disparités régionales sont inévitables, a rappelé la chancelière jeudi après la conférence téléphonique avec les cheffes et chefs de gouvernement des Länder. Toutefois, il est dans l’intérêt des citoyens que l’Allemagne se dote d’une stratégie et se fixe des objectifs à l’échelle nationale : dans la mesure où il n’existe encore aucun médicament, ni vaccin contre le virus, il importe de poursuivre les efforts visant à ralentir la propagation du virus afin que le système de santé et les hôpitaux puissent venir en aide aux malades en leur fournissant les meilleurs soins médicaux qui soient, a indiqué la chancelière.

Prudence de mise face à la situation globale

La chancelière a explicitement remercié tous ceux qui ont réfléchi à la manière d’organiser la reprise de la vie sociale et qui ont développé pour ce faire des stratégies basées sur la prudence.

Une fois ces stratégies élaborées, la décision d’une telle reprise reste entre les mains des responsables politiques. « Et il s’agit de décisions difficiles, de réflexions d’une importante cruciale », a insisté la chancelière. La prudence est de mise face à la situation globale et il convient de tout mettre en œuvre pour éviter que les infections repartent à la hausse en avançant pas à pas.

De nouvelles mesures d’assouplissement

Les consultations qui ont eu lieu jeudi ont constitué une étape intermédiaire, a déclaré Angela Merkel. Nous rediscuterons d’éventuels nouveaux assouplissements le 6 mai lorsque nous en saurons plus sur l’impact de la réouverture des magasins, par exemple, sur le taux d’infection. « C’est pourquoi nous avons pris aujourd’hui certaines décisions mais que nous en prendrons de nouvelles la semaine prochaine tout particulièrement », a annoncé la chancelière fédérale.

Jeudi, nous avons de nouveau réitéré l’interdiction de grands événements jusqu’au 31 août, a indiqué la chancelière. Cela englobe les grandes manifestations sportives et les fêtes populaires auxquelles assistent des spectateurs, les concerts, les festivals, les fêtes de village, de quartier et de rue ainsi que les kermesses.

La Fédération et les Länder ont adopté des mesures d’assouplissement concrètes pour les domaines suivants : 

  • Les rassemblements destinés à la pratique religieuse (services religieux et temps de prière) pourront de nouveau avoir lieu selon les règles définies collectivement par les communautés ecclésiastiques et religieuses.
  • Les aires de jeux pourront également rouvrir sous certaines conditions. 
  • Les institutions culturelles, les musées, les expositions, les galeries, les lieux de mémoire ou encore les jardins zoologiques et botaniques pourront également rouvrir leurs portes à condition d’observer certaines règles.
  • Il est prévu que les hôpitaux réaffectent une partie plus importante des capacités hospitalières aux interventions planifiables, ces dernières ayant été pour la plupart reportées ces dernières semaines. Actuellement, environ 40 % des lits de soins intensifs sont disponibles sur la base d’une compensation financière. Compte tenu de l’évolution actuelle du nombre de personnes contaminées par le COVID-19 et de la vision précise de la situation globale que le Registre de soins intensifs de la DIVI (Association allemande interdisciplinaire de soins intensifs et de médecine d’urgence) a permis d’obtenir, il est possible de mettre en place cette mesure, peut-on lire dans la Décision.

Les différents Länder sont responsables de la mise en œuvre des mesures d’assouplissement et des ajustements.

Lors de la prochaine conférence qui se tiendra le 6 mai, l’on examinera les stratégies existantes des ministres de l’Éducation et des Affaires culturelles, de la Jeunesse et des Sports et l’on prendra des décisions claires quant à la poursuite de l’ouverture progressive des écoles, de l’ouverture des services de garde d’enfants et de la reprise, dans des conditions données, de certaines activités sportives, a souligné la chancelière.

Il faut également donner des perspectives à d’autres branches, a-t-elle ajouté. Les conférences des ministres compétents ont été chargées de préparer, en amont de la conférence de la chancelière fédérale avec les cheffes et les chefs de gouvernement des Länder qui se tiendra après celle du 6 mai, des perspectives et des conditions cadres pour l’ouverture progressive des établissements de restauration et de tourisme et d’autres institutions culturelles. « Cela suppose bien sûr que l’évolution de la pandémie le permette », a souligné la chancelière fédérale. Les consignes générales de distanciation sociale seront maintenues. Il appartient aux Länder d’en régler les détails. 

La prudence est le maître mot

La chancelière fédérale a rappelé les chiffres du marché de l’emploi publiés jeudi, mettant en évidence le fort impact de la pandémie sur l’économie. « Nous ne perdons pas de vue cela mais je suis fermement convaincue de ceci : c’est en veillant à progresser, sans revenir en arrière, en autorisant davantage de contacts que nous prenons le mieux soin des intérêts de l’économie en même temps que des intérêts des contacts sociaux. C’est pourquoi l’essentiel reste la prudence et le respect des règles d’hygiène. »

Cliquez ici pour accéder à la Décision commune adoptée le 30 avril.

Mots-clés