L’Allemagne reconnaissante pour l’amitié germano-néerlandaise

La chancelière à l’occasion de l’anniversaire de la libération des Pays-Bas L’Allemagne reconnaissante pour l’amitié germano-néerlandaise

« Nous, Allemands, n’oublierons jamais que les Pays-Bas nous ont tendu la main en signe de réconciliation au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. » Angela Merkel s’exprimait ainsi dans son discours prononcé mercredi lors de la commémoration du Jour de la libération des Pays-Bas, qui lui a également fourni l’occasion de parler liberté avec de jeunes Néerlandais.

La chancelière en vidéoconférence avec des étudiants

Angela Merkel a parlé de la liberté avec de jeunes étudiantes et étudiants néerlandais.

Photo : Bundesregierung/Denzel

La chancelière Angela Merkel a participé à la commémoration du Jour de la libération des Pays-Bas. Après avoir prononcé un discours, elle a échangé avec de jeunes Néerlandais et Néerlandaises sur le thème de la liberté. Mme Merkel a déclaré que c’était pour elle « un honneur exceptionnel » que de pouvoir s’exprimer en ce jour et qu’elle considérait l’invitation qui lui avait été adressée comme « un signe particulier de l’amitié entre les Pays-Bas et l’Allemagne ».

Les Pays-Bas célébraient mercredi pour la 76e fois leur Bevrijdingsdag, le Jour de la libération. Le Royaume des Pays-Bas commémore ainsi la fin de l’occupation par l’Allemagne nazie le 5 mai 1945. Angela Merkel a pris part en vidéoconférence à la cérémonie qui se tenait à La Haye en présence du premier ministre néerlandais Mark Rutte. L’année dernière, la participation de la chancelière avait dû être annulée au dernier moment en raison de la pandémie de Covid-19.

« Une responsabilité perpétuelle de l’Allemagne »

La chancelière a rappelé les « souffrances incommensurables » de nombreuses personnes aux Pays-Bas pendant la Seconde Guerre mondiale. Le 5 mai 1945 marque ainsi, selon elle, pour les Pays-Bas « la cessation tant attendue des crimes » de l’Allemagne nazie. À titre d’exemple, Mme Merkel a évoqué le destin d’Anne Franck, assassinée par les nationaux-socialistes, qui l’a « infiniment bouleversée ». La jeune Juive a raconté ce qu’elle a vécu pendant la guerre en exil à Amsterdam dans un journal devenu célèbre dans le monde entier.

« Rien ne peut combler le vide laissé par les personnes qui furent assassinées », a martelé la chancelière, ajoutant : « les crimes commis ne seront jamais prescrits, en conserver la mémoire constitue la responsabilité perpétuelle de l’Allemagne ».

Un engagement mondial pour la paix et la liberté

La chancelière fédérale a rendu hommage aux Pays-Bas en tant que « pays qui œuvre dans le monde entier contre l’oppression et pour la paix et la liberté ». Aucune autre ville n’illustre ce fait mieux que La Haye, hôte cette année des célébrations du Jour de la libération. En tant que siège de la Cour internationale de justice et de la Cour pénale internationale, La Haye est une « ville de droit », estime la chancelière.

La pandémie de coronavirus : vivre en « liberté responsable »

En 2021, le thème de la liberté ne peut être abordé sans songer aux contraintes actuelles liées à la pandémie, a déclaré la chancelière. Pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, les libertés fondamentales font l’objet de restrictions qui auraient été tout simplement impensables avant la pandémie. Cependant, il importe également que la liberté soit toujours entendue comme une « liberté responsable » vis-à-vis d’autrui.

Main tendue en signe de réconciliation

« Nous, Allemands, n’oublierons jamais que les Pays-Bas nous ont tendu la main en signe de réconciliation après la Seconde Guerre mondiale et après la rupture de civilisation qu’a été la Shoah », a poursuivi Mme Merkel. L’Allemagne sera toujours reconnaissante de ce geste qui a permis à l’amitié germano-néerlandaise de voir le jour.

Des liens multiples d’amitié et de partenariat
L’Allemagne et les Pays-Bas coopèrent étroitement dans de nombreux domaines, par exemple le climat et l’énergie, mais aussi sur des questions ayant trait à la politique européenne. Ces thèmes figuraient également au cœur des troisièmes consultations intergouvernementales germano-néerlandaises, qui se sont tenues en octobre 2019.
De plus, les Pays-Bas étaient, en 2020, pour la quatrième année consécutive le principal partenaire commercial de l’Allemagne dans l’Union européenne et le deuxième au monde. Le chiffre d’affaires commercial allemand avec les Pays-Bas et la Belgique dépasse même largement celui avec la Chine.

Une lutte déterminée contre l’antisémitisme et le racisme

Chacune et chacun d’entre nous peut, y compris à l’heure actuelle, contribuer à son échelle à défendre les valeurs européennes, à préserver la démocratie, à renforcer les droits de l’homme et à protéger les faibles. Les terribles attentats perpétrés récemment à Kassel, Halle et Hanau ont montré à quel point cela était nécessaire aujourd’hui encore, a insisté Mme Merkel.

La chancelière a conclu son discours par cet appel à la responsabilité commune de tous pour la paix : « Ces attaques nous rappellent avec force qu’en tant que citoyennes et citoyens nous devons nous battre résolument contre toute forme d’antisémitisme ou de racisme, contre toute forme de xénophobie ciblée sur certains groupes. »