« Pique-nique paneuropéen »

19 août 1989 : sur le chemin de l’unité allemande « Pique-nique paneuropéen »

19 août 1989 : À la frontière austro-hongroise, entre Sankt Margarethen et Sopron, un poste-frontière fermé pendant des décennies est ouvert pendant quelques heures - avec l’accord du gouvernement hongrois. Pour de nombreux citoyens de la RDA, c’est une chance pour fuir vers la liberté.

Des gardes-frontières autrichiens ouvrent un poste-frontière. Environ 700 citoyens de la RDA profitent de l’occasion d’un « pique-nique paneuropéen » à la frontière austro-hongroise pour fuir vers l’Ouest

Environ 700 citoyens de la RDA profitent de l’occasion offerte par le « pique-nique paneuropéen » pour fuir vers l’Ouest par la frontière austro-hongroise

Photo : picture-alliance/dpa

Une ouverture symbolique de la frontière qui a eu des conséquences

Le « pique-nique paneuropéen » est organisé conjointement par le Forum démocratique hongrois et l’Union paneuropéenne, qui souhaitent manifester en faveur du démantèlement des frontières et d’une Europe unie. L’événement est parrainé par l’eurodéputé Otto de Habsbourg et le ministre d’État hongrois Imre Pozsgay.

La nouvelle de l’ouverture symbolique de la frontière se répand rapidement parmi les habitants de la RDA, et certains y voient une chance de passer à l’Ouest via la Hongrie. Environ 700 personnes parviennent effectivement à franchir la frontière près de Sopron en direction de l’Autriche.

La Hongrie démantèle le rideau de fer

Dès le 2 mai 1989, la Hongrie a commencé à démanteler les systèmes de sécurité électroniques et les clôtures en fil barbelé à sa frontière occidentale. En approuvant le pique-nique, le pays démontre sa volonté de transpercer le rideau de fer. Quelques jours plus tard, le 25 août 1989, la Hongrie accepte d’ouvrir sa frontière aux réfugiés de RDA. Dans la nuit du 10 au 11 septembre 1989, elle tient cette promesse.

L’intervention de la Hongrie oblige le régime du SED à adopter une nouvelle réglementation sur les voyages.