« Nous partageons les mêmes valeurs »

Déplacement de la chancelière fédérale « Nous partageons les mêmes valeurs »

Les relations bilatérales entre l’Allemagne et l'Australie sont excellentes. L'appréciation des défis internationaux scelle également l'entente des deux pays. À Sydney, la chancelière fédérale a lancé un appel : « À l'avenir aussi, utilisons notre proximité, utilisons notre partenariat, utilisons les liens qui nous unissent pour le bien de nos nations et de nos peuples. »

La chancelière fédérale Angela Merkel et le premier ministre australien Tony Abbott passant en bateau devant l'opéra de Sydney

Angela Merkel : l'Australie est un pays doté d'un fort attrait touristique

Photo : Bundesregierung/Bergmann

Après la clôture du sommet du G20 tenu à Brisbane, la chancelière Angela Merkel s'est rendue à Sydney. Elle s'est entretenue avec le premier ministre australien Tony Abbott du développement des relations commerciales et d'autres investissements bilatéraux.

Groupe de travail commun

Un groupe de travail commun sera chargé à l'avenir d'approfondir les relations germano-australiennes. « Étant donné que nous savons que même les bonnes choses peuvent toujours être améliorées, le premier ministre Tony Abbott et moi-même avons décidé de mettre en place un groupe de conseillers bilatéral, duquel nous attendons de nouvelles impulsions pour notre coopération sur les plans politique, économique et social », a déclaré Mme Merkel lors de son discours au « Lowy Institute for International Policy » (l’Institut Lowy pour la politique étrangère).

M. Abbott a souligné que les deux pays étaient intéressés par le programme de libre-échange. Ce sujet a également été abordé lors du sommet du G20 de Brisbane. Faisant référence à l’accord de libre-échange transatlantique (TTIP), la chancelière a souligné que : « Le monde n'attend ni l'Europe, ni nous, mais agit en matière de libre-échange. Il agit au sens propre du terme. »

Des relations amicales grâce aux mêmes valeurs

Aux yeux de la chancelière, le bon partenariat stratégique entre les deux pays est le signe « que nous partageons réellement les mêmes valeurs et que nous entretenons des relations bilatérales amicales et de très bonne qualité ». Nous avons une appréciation similaire des défis internationaux. C'est pourquoi la lutte contre l'EIIL a joué un grand rôle dans les discussions entre les deux chefs de gouvernement. La situation en Russie ainsi qu'en Chine et au Japon a également été abordée.

Par ailleurs, observer les pays d'Asie qui connaissent un développement très dynamique est intéressant pour nos deux pays, a déclaré Mme Merkel.

Apprendre du passé

Au « Lowy Institute for International Policy », à Sydney, la chancelière fédérale a parlé des défis concernant l'Europe et la politique étrangère. Faisant référence à la Journée commémorative de l’ANZAC (« ANZAC Day », Australian and New Zealand Army Corps Day), célébrée en Australie, elle a évoqué en premier lieu la Première Guerre mondiale. Mme Merkel a expliqué : « Lors des batailles contre l'Allemagne, l'Autriche-Hongrie et l'Empire ottoman, des dizaines de milliers de soldats australiens sont morts aux Dardanelles et sur le front de l'Ouest, plus de 130 000 soldats ont été blessés. »

L’Australie et la Nouvelle-Zélande ont combattu pendant les deux guerres mondiales pour l’Empire britannique dans le Corps d’armée australien et néo-zélandais (ANZAC). La Journée commémorative de l’ANZAC (« ANZAC Day ») commémore aujourd’hui encore la bataille de Gallipoli le 25 avril 1915. Après son discours, la chancelière a déposé une couronne au pied du mémorial de guerre « ANZAC War Memorial ».

Concernant la période d'avant 1914, ce sont surtout le mutisme des élites politiques des États européens et l’échec complet de la diplomatie qui nous sautent aux yeux, a affirmé Mme Merkel. « Nous ne pouvons pas refaire le passé. Mais nous pouvons et, je le dis, nous devons en tirer les bonnes leçons », a-t-elle ajouté. Il est décisif que, en 2014, l'Allemagne et l'Europe aspirent au dialogue et à des solutions pacifiques.

L'Australie : partenaire de l'Allemagne et de l'Europe

« Réussir à améliorer la compétitivité, la croissance et l'emploi, c'est aussi, toujours, assurer dans la durée le succès du modèle économique et social européen, qui allie succès économique et responsabilité sociale et écologique », a expliqué la chancelière. À cet égard, l'Europe est étroitement liée à l'Asie.

« Pour l'Allemagne et l'Europe, il est donc important de savoir qu'elles ont, en l'Australie, un partenaire de la région Asie-Pacifique avec lequel elles partagent les mêmes valeurs, à savoir les droits de l'homme universels, les droits fondamentaux, les libertés individuelles, la démocratie et l'état de droit », a souligné la chancelière. « À l'avenir aussi, utilisons notre proximité, utilisons notre partenariat, utilisons les liens qui nous unissent pour le bien de nos nations et de nos peuples. »

Mots-clés