La Commission européenne autorise le premier vaccin contre le coronavirus

L’EMA recommande le vaccin.

Lundi, l’EMA a préconisé l’autorisation dans l’UE du vaccin des sociétés BioNTech/Pfizer

Photo : Getty Images/Leon Neal

Un premier vaccin contre le coronavirus est désormais disponible dans l’Union européenne. La Commission européenne a délivré lundi l’autorisation concernant le vaccin de BioNTech et Pfizer contre le coronavirus. « Nous ouvrons aujourd’hui un chapitre important dans la lutte contre la Covid-19 », a annoncé la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen suite à la décision.

L’autorisation repose sur la recommandation correspondante de l’Agence européenne des médicaments (EMA). Quelques heures auparavant, l’EMA avait en effet préconisé l’autorisation du vaccin de BioNTech. La directrice de l’EMA Emer Cooke a évoqué une avancée scientifique décisive : en l’espace d’un an, c’est selon elle un vaccin d’un genre nouveau qui a été développé contre une maladie nouvelle. Le ministre fédéral de la Santé Jens Spahn voit dans ce processus un« jalon dans la lutte contre la pandémie ».

La sécurité, une priorité absolue

L’investissement de ressources humaines mondiales a permis de développer un vaccin en un temps record. « Il s’agit réellement d’une performance scientifique historique », a affirmé la directrice de l’EMA. Les procédures ont selon elle été accélérées autant que possible pour développer et autoriser le vaccin, mais la sécurité du vaccin est toujours demeurée la priorité absolue. Il satisfait aux exigences strictes de l’UE en matière d’efficacité et de sécurité et est recommandé pour les personnes à partir de 16 ans. Concernant la nouvelle variante de coronavirus apparue notamment au Royaume-Uni, Mme Cooke a déclaré qu’il n’existait à l’heure actuelle aucun indice laissant à penser que le vaccin ne serait pas efficace contre cette nouvelle variante.

EMA : toutes les données sont accessibles au public

L’autorisation de mise sur le marché prévoit l’obligation pour tous les pays de l’UE de mettre à disposition de l’EMA toutes les données disponibles, afin de pouvoir garantir le contrôle de la sécurité. L’on sait qu’un vaccin ne peut être efficace que si les citoyens lui accordent leur confiance, a rappelé Mme Cooke. C’est pourquoi toutes les données sont accessibles au public et transparentes.

Le vaccin de BioNTech/Pfizer est un premier pas, mais il en faudra encore davantage. Mme Cooke a expliqué que son organisation était en contact avec d’autres développeurs de vaccins. Elle a dit se réjouir de pouvoir aujourd’hui recommander l’autorisation du premier vaccin en Europe. Mais cela prendra encore du temps pour vaincre la pandémie. « Nous allons donc faire de notre mieux pour faire reculer la maladie et respecter systématiquement toutes les mesures d’hygiène », a-t-elle souligné.

Validation des lots en Allemagne

Maintenant que le vaccin est autorisé au niveau européen, c’est l’Institut Paul Ehrlich qui prend en charge la validation des lots de vaccins en Allemagne. Ensuite seulement, le vaccin pourra être livré aux 27 centres de livraison des Länder. Et après, les Länder seront responsables de la distribution à leurs centres régionaux. La vaccination doit débuter en Allemagne le 27 décembre.

Un ordre de priorités défini pour le vaccin en Allemagne

La priorité en matière de vaccination sera d’abord accordée aux établissements de soins et pour personnes âgées. « Protéger les plus faibles, tel est l’objectif premier de notre campagne de vaccination », a rappelé le ministre fédéral de la Santé. M. Spahn avait présenté, le 18 décembre, le règlement sur la vaccination contre la Covid-19. Celui-ci indique quels sont les premiers groupes qui peuvent être vaccinés en Allemagne. Outre les résidents et personnels d’établissements de soins et maisons de retraite, toutes les personnes de plus de 80 ans pourront être vaccinées en priorité. Le groupe bénéficiant de la priorité absolue compte également les agents des services de soins ambulatoires et le personnel des soins intensifs, d’accueil d’urgence et des services de secours.

« D’ici à la fin de l’année, plus de 1,3 million de doses seront livrées aux Länder, qui les distribueront aux équipes de vaccination », a twitté le ministre fédéral de la Santé après la décision européenne. En janvier, au moins 670 000 autres doses seront livrées chaque semaine, selon M. Spahn.

Retrouvez ici le texte intégral du règlement sur la vaccination contre la Covid-19, ainsi que les principales questions et réponses sur le vaccin contre le coronavirus.