Une étape décisive pour la modernisation

Plan de protection du climat pour 2050 Une étape décisive pour la modernisation

Le gouvernement fédéral a adopté son plan national de protection du climat. Il prévoit un approvisionnement en énergie presque sans recours au charbon d'ici à 2050. Les nouveaux bâtiments ne pourront plus dépendre de sources d'énergie fossiles pour le chauffage et l'eau chaude. Le secteur du transport devra passer aux carburants alternatifs.

Installations solaires et éoliennes en périphérie d'une ville

Le plan de protection du climat influencera l'avenir de l'économie énergétique, de l'agriculture, de l'industrie ainsi que du transport et du bâtiment

Photo : picture alliance / ZB

Le plan de protection du climat pour 2050 contient des orientations importantes pour tous les acteurs de l'économie, de la science et de la société. L’Allemagne entend en effet réduire, d’ici à 2030, ses émissions de gaz à effet de serre d'au moins 55 % par rapport au niveau de 1990, et d'au moins 70 % d’ici à 2040. L'Allemagne demeure ainsi pionnière de la mise en œuvre des obligations découlant de l'Accord de Paris sur le climat.

Vers une société neutre en termes d'émissions de gaz à effet de serre

Pour l'Allemagne, cela signifie concrètement que les investissements dans les sources d'énergie fossiles et les processus de transformation qui en dépendent deviendront des cas d'exception, lorsqu'il n'existe pas encore d'alternative technologique abordable, par exemple. Les bâtiments devront être mieux isolés, et les systèmes de chauffage au gaz et au fuel devront être remplacés. Jusqu'ici, le transport de personnes et de marchandises par route, rail, eau et par voie aérienne a dépendu des combustibles fossiles ; il est temps à présent de passer aux carburants alternatifs et de nouvelles technologies de propulsion devront être développées.

L'approvisionnement en énergie devra se faire presque sans recours au charbon d'ici à 2050. Cela signifie que la production d'électricité devra être basée sur des sources d'énergie renouvelables. Cependant, la sortie du charbon devra aussi s'accompagner de la création d'emplois alternatifs dans les régions concernées afin d'ouvrir des perspectives d'avenir.

La modernisation des bâtiments devra rester abordable : à l'avenir, les nouveaux bâtiments seront mieux isolés et ne dépendront plus de sources d'énergie fossiles pour le chauffage et l'eau chaude. Afin de réduire de manière tangible les émissions de gaz à effet de serre dans le secteur du transport, de nouvelles technologies de propulsion devront être développées, tout comme les systèmes de transports publics de proximité et le transport ferroviaire.

Le conseil des ministres a adopté le plan de protection du climat pour 2050 par voie de circulaire. En règle générale, les décisions du conseil des ministres sont adoptées lorsque celui-ci se réunit, conformément à l'article 20, alinéa 1, du Règlement commun du gouvernement fédéral (« Gemeinsame Geschäftsordnung der Bundesregierung »). Dans des cas exceptionnels, le consentement de tous les membres du gouvernement fédéral peut être obtenu par voie écrite conformément à l'article 20, alinéa 2 de ce même règlement, dans les cas où la tenue d’un débat lors de la prochaine réunion ordinaire du conseil des ministres ne serait pas possible (en raison de l'urgence, par exemple).

Balises pour l'avenir

Le plan de protection du climat pour 2050 du gouvernement fédéral pose des balises en vue d'un changement de cap fondamental de l'économie et de la société. Il concerne l'avenir de l'économie énergétique, de l'agriculture, de l'industrie ainsi que du transport et du bâtiment. Dans tous ces secteurs, les combustibles fossiles devront être progressivement remplacés par des énergies renouvelables. Les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique seront à l'avenir la norme pour l'investissement.

Des technologies innovantes et efficaces devront être mises au point et utilisées afin de permettre ce changement structurel. Le plan de protection du climat décrit les champs d'action et les objectifs généraux pour la modernisation de l'Allemagne.

Barbara Hendricks : des avancées technologiques encore à venir

« J'ai bon espoir que nous parviendrons à une économie largement neutre en carbone d'ici à 2050 », a déclaré la ministre fédérale de l'Environnement Barbara Hendricks au sujet de l'entente, et ce, « malgré les compromis » ayant dû être réalisés. En effet, je crois que de nombreuses avancées technologiques, aujourd'hui inconnues, sont encore à venir », a affirmé Mme Hendricks.

« Le gouvernement fédéral est unanime à considérer qu'un tel plan est indispensable et se sent lié par les objectifs de protection climatique que nous avons définis ensemble », avait insisté la chancelière fédérale Angela Merkel le 2 novembre, à Berlin, réaffirmant la position de l'Allemagne.

En décembre 2015, près de 200 pays, réunis à Paris, avaient pris, par le biais d’un accord mondial sur le climat, des engagements contraignants en vertu du droit international. Ils entendent faire en sorte de contenir l’élévation de la température moyenne de la planète « nettement en dessous de 2° C par rapport aux niveaux préindustriels ». L'objectif est même de limiter la hausse de la température à 1,5 °C.

La protection du climat est un objectif primordial

C'est aujourd'hui qu'il faut jeter les bases d'un avenir neutre en termes d'émissions de gaz à effet de serre. Une telle stratégie est plus intelligente que de devoir réagir plus tard au changement climatique par des mesures de réparation coûteuses. Un changement de mentalités fondamental et une action coordonnée sont requis. En effet, le respect du climat signifie qu'il faut examiner chaque mesure afin de déterminer si elle est durable, viable du point de vue écologique et économique et socialement acceptable.

Le plan de protection du climat tient compte des nouvelles découvertes et des nouveaux développements. Étant donné qu'il doit être révisé tous les cinq ans, les mesures et les objectifs sont régulièrement examinés et constamment améliorés.

La communauté internationale est réunie au Maroc du 7 au 18 novembre pour discuter de la mise en œuvre des objectifs climatiques de Paris. Avec son plan de protection du climat, l'Allemagne demeure pionnière sur le plan international concernant la mise en œuvre de l'Accord de Paris.