« Unir nos forces en tant que partenaires mondiaux pour protéger le climat »

Angela Merkel au Sommet sur l’adaptation au changement climatique « Unir nos forces en tant que partenaires mondiaux pour protéger le climat »

« L’Allemagne se voit une responsabilité dans le renforcement de la résilience des pays pauvres et des pays les plus démunis », a déclaré, lundi, la chancelière fédérale dans un message vidéo lors du Climate Adaptation Summit (CAS). À cette occasion, le gouvernement fédéral s’est engagé à verser 220 millions d’euros supplémentaires afin d’aider les pays en développement à s’adapter au changement climatique.

La chancelière fédérale Angela Merkel

Photo : Presse- und Informationsamt der Bundesregierung

Ces fonds visent à développer le financement et les assurances face aux risques climatiques. Ils doivent permettre d’assurer chaque année d’ici à 2025, dans le cadre du Partenariat mondial InsuResilience, 500 millions de personnes parmi les plus pauvres contre les risques climatiques dévastateurs comme les pertes de récoltes ou les inondations. « C’est également dans ce but que nous avons œuvré intensivement ces dernières années dans le cadre de notre présidence du G7 et de celle du G20 », a souligné la chancelière.

Une autre partie des sommes promises lors du sommet est destinée au Fonds pour les pays les moins avancés, qui aide les PMA à préparer et à appliquer les plans nationaux d’adaptation.

Associer étroitement protection du climat et développement

La lutte contre le changement climatique est l’une des conditions essentielles pour atteindre des objectifs tels qu’un monde libéré de la faim et la création de nouveaux emplois. C’est à ce thème qu’est consacré le premier Sommet sur l’adaptation au changement climatique de la Commission mondiale sur l’adaptation, organisé à l’invitation du premier ministre néerlandais Mark Rutte et auquel Angela Merkel participait avec un message vidéo.

À l’issue de la conférence, il est prévu d’adopter un programme d’action sur l’adaptation destiné à mobiliser, rassembler et contrôler la mise en œuvre des mesures prises pour soutenir les pays dans leurs efforts d’adaptation aux conséquences du changement climatique. De plus, le sommet et le programme d’action constituent des étapes importantes en vue de la prochaine Conférence des Nations Unies sur le climat (COP26) qui doit se tenir du 1er au 12 novembre 2021 à Glasgow, en Écosse.

L’Allemagne est l’un des principaux donateurs du financement climatique

L’Allemagne compte parmi les premiers donateurs au monde dans ce domaine et elle remplit ses engagements financiers pris à l’échelle internationale : dès 2019, quatre milliards d’euros ont été fournis sur la base de moyens budgétaires, les montants versés ont ainsi doublé depuis 2014. L’Afrique est une région prioritaire de l’engagement allemand pour l’adaptation au changement climatique, l’accent étant mis sur la sécurité alimentaire et l’approvisionnement en eau.

Objectif du Sommet mondial sur l’adaptation au changement climatique : mobiliser des soutiens internationaux supplémentaires pour financer et mettre en œuvre les mesures d’adaptation, visibiliser les besoins urgents d’agir et identifier des mesures d’adaptation innovantes.
Avec ce sommet se termine également le travail de la Commission mondiale sur l’adaptation (GCA) dont faisait partie le ministre fédéral de la Coopération économique et du développement, Gerd Müller. La Commission mondiale sur l’adaptation était formée de 34 personnalités du monde politique, des milieux économiques et des organisations internationales. Elle était dirigée par l’ancien secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Kristalina Georgieva et Bill Gate (Fondation Bill & Linda Gates).