« L’importance de l’OTAN n’a pas été aussi grande depuis longtemps »

Olaf Scholz au sommet de l’OTAN à Madrid « L’importance de l’OTAN n’a pas été aussi grande depuis longtemps »

L’adoption du nouveau concept stratégique et le feu vert à l’adhésion de la Finlande et de la Suède sont deux résultats majeurs du sommet de l’OTAN à Madrid. Le chancelier fédéral Olaf Scholz a souligné l’importance de l’alliance pour la sécurité en Europe et la paix dans le monde. Les alliés sont très soudés, et cela était palpable à Madrid, a-t-il ajouté.

Le chancelier fédéral Olaf Scholz lors de la conférence de presse donnée à l’issue du sommet de l’OTAN à Madrid

À l’issue du sommet de l’OTAN, le chancelier fédéral Olaf Scholz a informé la presse des résultats de la rencontre.

Photo : Bundesregierung/Kugler

À l’issue du sommet de l’OTAN à Madrid, le chancelier fédéral Olaf Scholz a souligné la cohésion de l’alliance de défense. L’OTAN, ce sont « 30 – bientôt 32 – États qui se tiennent étroitement ensemble selon la devise : un pour tous, tous pour un », a déclaré M. Scholz. Les alliés sont prêts à « risquer leur vie et leur peau pour se porter mutuellement secours », a ajouté le chancelier. Cela était perceptible lors des réunions et des rencontres à Madrid, « et cela est rassurant ». 

Le chancelier a souligné que « l’importance de l’OTAN pour notre sécurité, pour la sécurité de l’Europe et pour la paix dans le monde n’a pas été aussi grande depuis longtemps ». La guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine a « fait voler en éclats l’ordre de paix des dernières décennies », a déclaré M. Scholz. Qu’il s’agisse de la sécurité des frontières, des mécanismes pacifiques de résolution des conflits ou d’un comportement civilisé les uns envers les autres, « beaucoup de choses que nous tenions pour acquises dans le monde sont remises en question ».

Concept stratégique entériné

Avec le nouveau concept stratégique entériné, l’OTAN a tiré les bonnes conclusions de l’évolution de la situation politique mondiale. Il confirme que sa mission principale reste inchangée : la défense du territoire de l’Alliance et la garantie d’assistance mutuelle. « Ce qui est nouveau, c’est le regard porté sur la Russie », a déclaré M. Scholz. Par sa politique agressive, la Russie représente à nouveau une menace pour l’OTAN, « et elle menace également l’ordre international ». 

L’Allemagne renforce sa contribution

En raison de la nouvelle situation, l’Alliance renforce sa capacité de défense, notamment en ce qui concerne son flanc oriental : « Nous augmentons notre présence dans les pays baltes, en Pologne, en Roumanie, en Slovaquie et en République tchèque », a souligné le chancelier. 300 000 soldats seront placés en alerte renforcée en tant que force de réaction rapide.

La participation de l’Allemagne sera importante, notamment en Lituanie avec une brigade de combat, a déclaré M. Scholz. En outre, l’Allemagne maintiendra à l’avenir une division blindée avec 15 000 soldats et jusqu’à 20 navires et 60 avions en alerte élevée pour l’Europe du Nord-Est afin d’adapter la structure des forces armées de l’OTAN à la nouvelle situation et de pouvoir réagir rapidement aux menaces. En raison de sa position centrale en Europe, l’Allemagne apportera également une contribution importante à la capacité de défense de l’Alliance en tant que plaque tournante logistique, a ajouté le chancelier.

Invitation à la Suède et à la Finlande 

Le sommet a également décidé d’inviter officiellement la Suède et la Finlande à rejoindre l’OTAN. Les deux pays avaient préalablement déposé une demande d’adhésion. Le chancelier fédéral a annoncé que l’Allemagne entamerait rapidement la ratification des protocoles d’adhésion et qu’elle la conclurait également « très rapidement ». L’Allemagne est prête à garantir son assistance aux deux pays, même avant la conclusion formelle de la procédure, a précisé M. Scholz.   

Carte sur laquelle les pays de l’OTAN apparaissent en bleu ; la Suède et la Finlande apparaissent en bleu clair, car elles ont déposé une demande d’adhésion.

Le sommet de l’OTAN a officiellement invité la Suède et la Finlande à rejoindre l’Alliance.

Photo : Bundesregierung

Soutien durable à l’Ukraine

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a également assisté au sommet de l’OTAN à distance et a rendu compte de la situation de son pays. Le chancelier a souligné que plus de quatre douzaines de pays soutenaient individuellement l’Ukraine. L’OTAN aide l’Ukraine « de manière très pratique » dans le domaine non létal dans le cadre de la coopération existante, a-t-il précisé. En outre, des dispositions sont prises « en vue d’un soutien à plus long terme en matière de sécurité ». 

Dès le début du sommet, le chancelier avait souligné que l’Allemagne soutenait l’Ukraine sur le plan financier, humanitaire et par des livraisons d’armes, ajoutant : « Nous continuerons à le faire aussi longtemps et aussi intensivement que cela sera nécessaire pour que l’Ukraine puisse se défendre. »

Le chancelier fédéral a par ailleurs mené de nombreux entretiens bilatéraux en marge du sommet. Pour la première fois, les partenaires d’Asie-Pacifique que sont le Japon, la Corée, l’Australie et la Nouvelle-Zélande étaient également représentés à un sommet de l’OTAN. 

Les sommets de l’OTAN sont des réunions au plus haut niveau au sein de l’Alliance. Ils ont lieu à intervalles irréguliers. Lors du sommet de l’OTAN à Madrid, les chefs d’État et de gouvernement des 30 pays membres se sont réunis pour se concerter et prendre des décisions importantes.