Actualités

Après l’attaque de « Charlie Hebdo »

Solidarité avec la France

Les habitants de toute l’Allemagne sont profondément bouleversés par l’attentat perpétré à Paris contre les locaux de la rédaction du journal satirique français « Charlie Hebdo ».

Des participants à une manifestation de solidarité intitulée « Je suis Charlie Hebdo » (Ich bin Charlie) se recueillent le 7 janvier 2015 à proximité de l’ambassade de France à Berlin Photo : Bernd von Jutrczenka/dpa

Nous sommes tous Charlie : tristesse et solidarité également en Allemagne

Photo : picture-lliance/dpa/Jutrczenka

Dans le télégramme de condoléances qu’elle a adressé au président François Hollande, la chancelière fédérale Angela Merkel lui transmet un témoignage de sympathie aux familles des douze personnes qui ont succombé jusqu’ici à l’attentat.

Angela Merkel a dit mercredi (7 janvier) à François Hollande « avoir appris avec une vive émotion la nouvelle de l’attentat odieux » commis contre la rédaction de l’hebdomadaire parisien. « Nous nous associons étroitement à nos amis français en ces circonstances douloureuses », l’assure-t-elle.

Mercredi en fin de matinée, deux hommes lourdement armés ont fait irruption au siège du journal satirique français « Charlie Hebdo » connu pour ses caricatures critiquant l’islam. Ils ont immédiatement tiré en rafales et tué au moins douze personnes. Le gouvernement français a relevé depuis le plan Vigipirate au niveau maximal pour toute la région parisienne.

Dans son message, la chancelière allemande assure François Hollande de la sympathie de la population allemande et lui exprime toute sa « compassion personnelle ». Elle y joint ses sincères condoléances à l’intention des familles des victimes.

Attaque contre la liberté d’expression

Cet « acte abject » n’est pas seulement une atteinte à la vie de citoyennes et de citoyens français et à la sûreté publique en France. « Il constitue aussi une atteinte absolument injustifiable à la liberté d’opinion et à la liberté de la presse, cet élément fondamental de notre culture démocratique libérale », affirme Mme Merkel.

Frank-Walter Steinmeier « stupéfait »

Le chef de la diplomatie allemande a lui aussi condamné cet attentat avec la plus grande fermeté. « L’attentat sanglant contre les locaux de la rédaction de l’hebdomadaire Charlie Hebdo à Paris me bouleverse très profondément, me stupéfait littéralement », a-t-il déclaré.

Il ajoute : « C’est une attaque frontale contre nos valeurs européennes et la liberté de nos sociétés » avant de conclure : « En cette heure douloureuse, nous nous solidarisons encore plus étroitement avec nos amis français. »

« Un attentat au cœur de notre démocratie »

Le ministre fédéral de l’Intérieur déclare pour sa part : « C’est également un attentat contre la liberté de la presse et donc au cœur de notre démocratie. » Il assure être en contact avec son collègue et ami français et poursuit : « Nos services de sécurité coopèrent étroitement. Nous voulons échanger nos informations dans toute la mesure du possible à ce stade précoce. »

Interrogé sur les risques encourus en Allemagne, M. de Maizière a constaté : « Nous ne disposons pas d’informations concrètes permettant de conclure à des projets d’attentat du même genre en Allemagne ou de manière générale concernant des attaques pour des motifs terroristes dans notre pays. Néanmoins, nous faisons partie d’un espace commun de valeurs démocratiques. Nous sommes donc menacés ensemble en tant qu’espace commun et que démocraties. » La situation est grave, termine-t-il, nous avons de bonnes raisons de nous inquiéter et de prendre des précautions, mais nous ne devons pas céder à la panique.