« L’industrie doit sortir renforcée de cette période de mutations »

Le chancelier fédéral aux Journées de l’industrie « L’industrie doit sortir renforcée de cette période de mutations »

Lors des Journée de l’industrie à Berlin, Olaf Scholz a esquissé les grands défis auxquels sont confrontés l’économie, la société et la politique, mentionnant spécifiquement la guerre d’agression menée par la Russie, la transition énergétique ainsi que la protection du climat, la numérisation et la pandémie. L’objectif est de résoudre les grands problèmes « en travaillant ensemble », a déclaré M. Scholz.

Le chancelier fédéral Olaf Scholz lors des Journées de l’industrie allemande au Verti Music Hall

Le chancelier fédéral Olaf Scholz aux Journée de l’industrie : « donner de nouvelles bases à la compétitivité et à la prospérité »

Photo : Gouvernement fédéral/Kugler

« Nous avons devant nous de grands bouleversements comme nous n’en avons jamais connu sous une forme aussi cumulée de notre propre vivant », a déclaré le chancelier fédéral devant les délégués de la Fédération des industries allemandes (BDI) à Berlin. « Le climat, la transition énergétique, la numérisation, la pandémie, et maintenant la guerre meurtrière de Vladimir Poutine avec toutes ses conséquences sur le commerce international, l’alimentation et la stabilité mondiales : le tournant historique a de nombreuses facettes. »

Les grandes crises du moment ne peuvent être résolues que de manière concertée, a insisté M. Scholz. Cela vaut également pour la transformation de l’Allemagne en un site industriel neutre sur le plan climatique, mais qui reste compétitif.

Action concertée et alliance pour la transformation

M. Scholz a appelé à des efforts concertés de la société pour éviter que l’inflation ne s’installe en Allemagne. Selon le chancelier, il faut éviter une spirale inflationniste durable : « tous les responsables doivent y veiller. » C’est pourquoi il a invité les employeurs et les syndicats le 4 juillet à la Chancellerie fédérale pour le lancement d’une « action concertée ». Ce n'est qu'ensemble que les grandes crises du moment pourront être résolues, a souligné M. Scholz. Dans ce contexte, il a notamment évoqué l’« alliance pour la transformation », un forum de dialogue centralisé au sein duquel le gouvernement fédéral se concerte avec les entreprises, les syndicats et les associations sur toutes les questions importantes liées à la transformation.

Le ministre fédéral des Finances met en garde contre les conséquences de l’inflation

Le ministre fédéral des Finances Christian Lindner, qui s’est exprimé lors des Journées de l’industrie, a également mis en garde contre les graves conséquences potentielles de la forte inflation, qui érode la base économique sur laquelle repose tout le reste. C’est pourquoi il faut à présent fixer les priorités budgétaires et réexaminer les subventions, a indiqué le ministre, ajoutant qu’il souhaitait se conformer à nouveau au frein à l’endettement.

Sanctions de l’UE contre la Russie – statut de candidat à l’UE pour l’Ukraine

Le chancelier a défendu les sanctions de l’UE contre la Russie, « d’une rigueur sans précédent », mais importantes, car « la liberté a un prix. La démocratie, la solidarité avec les amis et les partenaires ont un prix. Et ce prix, nous sommes prêts à le payer », a souligné le chancelier. Il a remercié les milieux économiques d’avoir soutenu cette ligne depuis le début.

« L’Ukraine fait partie de nous, elle fait partie de la famille européenne », a déclaré le chancelier. C’est pourquoi il s’engagera lors du sommet européen de Bruxelles pour que l’Ukraine obtienne le statut de candidat à l’UE. En outre, l’Allemagne continuera à soutenir l’Ukraine en lui fournissant des armes (en anglaise), « et ce aussi longtemps que l’Ukraine aura besoin de notre soutien », a-t-il précisé.

L’utilisation des énergies renouvelables dans l’intérêt public supérieur

Le chancelier a par ailleurs évoqué quatre engagements concrets qu’il avait pris l’année dernière lors des Journées de l’industrie. « Je suis ici aujourd’hui pour vous dire que ces quatre engagements concrets tiennent toujours. » Concernant le premier de ces engagements, le développement résolu des énergies renouvelables, M. Scholz a qualifié le paquet de Pâques du gouvernement fédéral de plus grand changement législatif en matière de politique énergétique depuis des décennies. Il a créé des bases importantes pour accélérer le développement du photovoltaïque, mais aussi de l'énergie éolienne en mer et sur terre. « Le principe de base est le suivant : l’utilisation des énergies renouvelables est aujourd’hui dans l’intérêt public supérieur, et elle sert la sécurité publique », a réaffirmé le chancelier.

Plus de sécurité énergétique et de planification

L’objectif est clair : « Dès 2030, 80 % de nos besoins en électricité et 50 % de nos besoins en chaleur doivent être couverts par des sources renouvelables. » Cela signifie pour l’Allemagne une plus grande sécurité et une plus grande souveraineté énergétiques, et pour l’industrie une plus grande sécurité de planification et la perspective de prix de l’énergie plus avantageux. La deuxième promesse a également été tenue : la suppression du prélèvement au titre de la loi sur la priorité aux énergies renouvelables (EEG). La priorité est donc désormais d’actionner tous les leviers pour faire baisser les prix de l’électricité. Le troisième engagement – des procédures de planification et d'autorisation accélérées – est également respecté. En effet, le chancelier a annoncé que des décisions visant à abréger ces procédures seraient prises d’ici la fin de l’année.

Sommet du G7 : coup d’envoi du club climatique international
Avec la création d’un club climatique international, le chancelier veut également honorer sa dernière promesse. « Dans quelques jours seulement, en tant qu’hôte du  sommet du G7 à Elmau, je donnerai le coup d’envoi à un club climatique international ouvert et coopératif, a-t-il indiqué. « Au final, la protection du climat et notre économie ne seront servies que si un nombre croissant d’États dans le monde voient des avantages concrets à s’engager eux aussi sur la voie de la neutralité climatique », a déclaré le chancelier, ajoutant qu’il était très important que les pays émergents participent également à ce club climatique, qui doit fixer des normes comparables en matière de mesures de protection du climat.