« Cette turbine est opérationnelle à tout moment »

Approvisionnement en gaz « Cette turbine est opérationnelle à tout moment »

Le chancelier fédéral Olaf Scholz s’est rendu sur le site de Siemens Energy de Mülheim an der Ruhr pour voir la turbine à gaz destinée au gazoduc Nord Stream 1 en mer Baltique, après sa réparation par le Canada. « La turbine est là. Elle peut être livrée », a souligné le chancelier. Il ne reste plus qu’à la réceptionner du côté russe.

Le chancelier fédéral Olaf Scholz et le PDG de Siemens Energy Christian Bruch devant une turbine

Le chancelier fédéral Olaf Scholz au côté de Christian Bruch, PDG de Siemens Energy, lors de l'inspection de la turbine, sur le site de Mülheim an der Ruhr

Photo : Gouvernement fédéral/Kugler

Après avoir été réparée au Canada, la turbine est en Allemagne depuis mi-juillet, prête à être expédiée en Russie. Plus rien ne s’oppose à un montage rapide puis au transport de gaz par Nord Stream 1. « Il suffit que quelqu’un dise qu’il la veut et elle sera très vite là », a ajouté le chancelier fédéral Olaf Scholz lors de la conférence de presse organisée sur le site de Siemens.

Il appartient à la Russie de réceptionner la turbine, a insisté le chancelier. Les sanctions ne s’appliquent ni à l’importation de la turbine par l’Europe, ni à son exportation vers la Russie, pas plus que les actuelles restrictions de livraison de gaz ne sont causées par les sanctions prises à l’encontre de la Russie.

Les engagements de livraison du fournisseur de gaz russe Gazprom à ses clients européens peuvent être tenus à tout moment et sans restrictions, a affirmé Olaf Scholz. Outre Nord Stream 1, on dispose par ailleurs de capacités de gazoduc suffisantes.

Prétextant l’absence de turbine, la Russie a, à plusieurs reprises, fortement réduit et même temporairement suspendu ses livraisons de gaz via le gazoduc Nord Stream 1 en mer Baltique. Le géant gazier russe Gazprom refuse de réceptionner la turbine et de la remettre en service au motif qu’il manquerait des documents.

Un grand merci au Canada

Le chancelier fédéral Olaf Scholz a par ailleurs remercié le premier ministre canadien Justin Trudeau « pour son empressement à aider l’Europe et à permettre l’exportation de la turbine réparée au Canada ». Ce faisant, le premier ministre canadien a fait preuve d’un véritable « leadership ». En fin de compte, cela a contribué à prouver que plus rien ne s’oppose désormais à la poursuite du transport de cette turbine et à son montage en Russie, a souligné le chancelier.

« La réduction des quantités de gaz livré via le gazoduc Nord Stream 1 et le non-respect des contrats de fourniture de gaz ne sont motivés par aucune raison technique. C’est désormais incontestable », a relevé Olaf Scholz. « Le gouvernement canadien a apporté une contribution vraiment importante et de grande ampleur pour le démontrer ». Le chancelier fédéral a annoncé qu’il en informera le public lors de son voyage au Canada, prévu pour bientôt.

Réduire encore la dépendance à l’égard des importations d’énergie russe

Dès le mois de décembre 2021, le gouvernement fédéral a commencé à se préparer à réduire sa dépendance à l’égard des importations d’énergie russe. La guerre d’agression menée par la Russie contre l’Ukraine a été un accélérateur des efforts déployés, notamment pour prévenir une éventuelle interruption des livraisons de gaz par la Russie. Le gouvernement fédéral est intervenu de bonne heure, ce qui porte maintenant ses fruits, a déclaré le chancelier fédéral en référence aux mesures déjà prises afin d’assurer la sécurité énergétique.

Le gouvernement fédéral est intervenu tôt

De nombreuses modifications législatives et étapes déterminantes pour l’approvisionnement énergétique – avec l’abandon des sources d’énergie fossiles – ont été mises en place dans le but de réduire rapidement et à court terme la dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie. La construction de terminaux de gaz naturel liquéfié a déjà commencé afin de disposer rapidement de nouvelles sources d’approvisionnement. À cet effet, le gouvernement fédéral a pris l’initiative de la loi sur l’accélération de l’approvisionnement en GNL. Les premiers navires transportant du gaz naturel liquéfié destiné au réseau de gaz allemand doivent arriver en Allemagne dès le début de l’année 2023.

Parallèlement à la construction rapide de terminaux de gaz naturel liquéfié, le chancelier a également mentionné la loi sur le stockage du gaz adoptée fin avril 2022. Celle-ci stipule que les réserves doivent être bien remplies avant le début de la saison de chauffage, pour pouvoir passer l’hiver en toute sécurité. Sans cette loi, les niveaux actuels n’auraient pas été atteints, a fait remarquer le chancelier.

Entre autres mesures préalables à la prochaine saison de chauffage, des centrales à charbon ont à nouveau été raccordées au réseau et des mesures d’économies d’énergie mises en place par anticipation. Le chancelier a salué la volonté de nombreux compatriotes à apporter dès à présent leur contribution à une utilisation rationnelle de l’énergie. C’est tout à fait possible sans trop renoncer à sa qualité de vie, a poursuivi le chancelier.

Les programmes d’allègements portent déjà leurs fruits

Le gouvernement fédéral a mis en place deux programmes d’allègements réservés à ceux dont le budget est déjà limité. Ces programmes financés par une enveloppe de 30 milliards d’euros produisent déjà leurs effets. D’autres mesures d’allègement suivront. « Nous veillerons à faire en temps utile tout ce qui est nécessaire », a promis le chancelier fédéral.

Mots-clés