Renvois toujours possibles dans certaines conditions

Situation sécuritaire en Afghanistan Renvois toujours possibles dans certaines conditions

La position du gouvernement fédéral concernant les retours de ressortissants afghans ne doit pas être corrigée, a déclaré le porte-parole du ministère fédéral des Affaires étrangères Martin Schäfer.

Selon un rapport intermédiaire sur la situation sécuritaire, il reste toujours possible de procéder aux expulsions de délinquants et de personnes potentiellement dangereuses.

Le gouvernement fédéral a confirmé sa position sur les retours vers l'Afghanistan. Le porte-parole du ministère fédéral des Affaires étrangères, Martin Schäfer, a déclaré mercredi à Berlin qu'il existait à présent un rapport intermédiaire sur la réévaluation de la situation sécuritaire dans le pays. Ce rapport ne contient aucun élément décisif appelant à une correction de la position actuelle du gouvernement fédéral sur le sujet. La règle qui s’applique est la même qu’avant, à savoir renvoyer les délinquants et les personnes potentiellement dangereuses.

Après le grave attentat contre l'ambassade d'Allemagne à Kaboul le 31 mai 2017, le gouvernement fédéral avait limité les expulsions vers l'Afghanistan. Le chef de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel et le ministère fédéral de l'Intérieur Thomas de Maizière s'étaient donc mis d'accord pour que le ministère fédéral des Affaires étrangères procède à une présentation actuelle de la situation sécuritaire en Afghanistan.

Rapport intermédiaire sur la situation sécuritaire

Selon Martin Schäfer, les risques encourus par la population en Afghanistan ou les migrants rentrant dans leur pays d'origine dépendent d'une multitude de facteurs comme le lieu de résidence, l'origine, l'appartenance ethnique, la profession et le sexe. Dans le rapport, aucun élément ne permet de conclure que, depuis l'attentat terroriste contre l'ambassade à Kaboul, il soit nécessaire de corriger la position du gouvernement fédéral sur la question des retours.

Le rapport intermédiaire contient les « informations complémentaires, mises à jour et fiables qui ont pu être fournies durant la période de temps limitée au vu des capacités de travail fortement restreintes de notre ambassade à Kaboul ». Après l'attentat fin mai, le personnel de l'ambassade d'Allemagne a été sensiblement réduit.

Confirmation de la ligne de conduite actuelle

Y compris selon le ministère fédéral de l'Intérieur, le rapport intermédiaire ne fournit aucun élément qui justifierait un changement de la position actuelle, a souligné le porte-parole du ministère fédéral de l'Intérieur, Johannes Dimroth, à Berlin. Concrètement, cela signifie qu'il reste possible comme jusqu'ici de renvoyer en Afghanistan des délinquants, des personnes potentiellement dangereuses ainsi que des individus refusant catégoriquement de se soumettre à un contrôle d'identité.

Les retours volontaires continueront également d'être encouragés. L'ambassade d'Allemagne à Kaboul soutiendra également les retours dans la mesure de ses capacités de travail.

Mots-clés