Renforcement des effectifs au Mali

Opération extérieure de la Bundeswehr Renforcement des effectifs au Mali

L’Allemagne va renforcer à l’avenir son soutien à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA). À partir de février, il sera possible de déployer jusqu’à 1 000 soldats dans cette opération. Le Bundestag a en outre décidé de proroger le mandat jusqu’à la fin de janvier 2018.

Logo des Nations Unies apparaissant sur le bras d’un soldat du contingent allemand au Mali

À l’avenir, davantage de soldats pourront être déployés dans le cadre de la MINUSMA

Photo : Michael Kappeler/dpa

L’objectif de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) est de stabiliser le pays. Car la situation au Mali a des répercussions sur la situation dans le reste de la zone sahélienne, ainsi qu’en Libye et dans les pays régionaux voisins. La Bundeswehr soutient la mission depuis 2013.

Le mandat actuel pour la mission de stabilisation a désormais été prolongé d’un an. Jusqu’alors, 650 soldats pouvaient y participer ; dès février 2017, ils pourront atteindre le nombre de 1 000. Le Bundestag a approuvé la demande soumise par le gouvernement fédéral.

Des hélicoptères supplémentaires

Le gouvernement fédéral va de plus envoyer à l’avenir des hélicoptères de transport et de combat au Mali, au plus tôt cependant en mars 2017 et sur une période limitée. Les premiers appareils seront acheminés dès ce weekend. L’Allemagne comble ainsi le vide laissé après le retrait des hélicoptères hollandais. Le manque d’hélicoptères aurait entravé la capacité d’action de la mission. La contribution de l’Allemagne aide à en conserver et à en améliorer l’efficacité.

Contribution actuelle de la Bundeswehr

La participation militaire allemande fournie jusqu’ici à la MINUSMA va se poursuivre. Celle-ci comprend entre autres l’envoi de personnel aux états-majors de commandement de la Mission et d’officiers de liaison. Par ailleurs, la Bundeswehr met à disposition des capacités de transport aérien tactique et aide au ravitaillement en vol. Elle soutient ainsi les forces françaises sur place autorisées par les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies.
La Bundeswehr déploie en outre une compagnie d’éclairage renforcée ainsi que des forces de protection des bâtiments. À cela s’ajoutent des forces de soutien dans le domaine de l’intervention et sur les plans logistique et sanitaire.

Un Mali stable freine les migrations

Réussir à stabiliser le Mali est également dans l’intérêt de l’Allemagne. Le terrorisme, la criminalité et l’appauvrissement peuvent également avoir un fort impact à moyen terme en Europe. Cela vaut en particulier pour le nord du Mali qui est une région de transit importante pour les réfugiés sur le continent africain.

En plus de sa contribution militaire, le gouvernement fédéral travaille à la lutte contre les causes structurelles de départ dans la région sahélienne. Lors d’une visite au Mali en octobre 2016, la chancelière fédérale Angela Merkel s’est entretenue avec le président malien Ibrahim Boubacar Keïta au sujet d’un partenariat de migration destiné à donner envie aux personnes de rester dans leur pays. Grâce à une éducation de qualité et à une meilleure formation, de nombreux jeunes pourront, à l’avenir, construire leur pays et ne plus avoir à le quitter.

Surveillance du cessez-le-feu

La MINUSMA a en priorité pour objectif d’appuyer les dispositions prises en matière de cessez-le-feu et les mesures de confiance convenues entre les protagonistes. De plus, elle doit promouvoir le dialogue politique malien et la réconciliation nationale.

Les parties au conflit malien avaient signé un accord de paix inter-malien les 15 mai et 20 juin 2015. Cet accord doit lancer un processus de paix global. La mise en œuvre de cet accord est décisive pour une pacification dans la durée, en tout premier lieu du nord du Mali.

Reconstruire le secteur de la sécurité

Le processus de paix engagé continue cependant à être entravé par les terroristes et les groupes armés proches de ces derniers. La sécurité de la population dans le nord du Mali est mise à mal par le terrorisme et la criminalité. Les forces armées maliennes ne disposent pas encore de capacités suffisantes pour relever ce défi.

Afin de protéger la population, l’autorité de l’État doit être rétablie dans tout le pays. Il importe donc de reconstruire le secteur de la sécurité malien.

Poursuite du soutien du processus de paix

En plus de sa composante militaire, la MINUSMA a également un volet civil. À ce niveau aussi, l’Allemagne est engagée. Jusqu’à 20 policiers allemands peuvent participer à la mission au Mali ; 14 policiers sont actuellement sur le terrain.

L’Allemagne soutient également le processus de paix dans le cadre d’une vaste coopération au développement et d’un accompagnement politique. En outre, le gouvernement fédéral fournit des moyens de prévention des crises et une assistance humanitaire.