Pour une Allemagne de la diversité et de l’ouverture au monde

Sommet sur l’intégration Pour une Allemagne de la diversité et de l’ouverture au monde

Le 10e sommet sur l’intégration, qui a eu lieu à la Chancellerie fédérale, a eu pour thème la cohésion entre personnes issues ou non de l’immigration. Exemple de réussite de l’intégration : un terrain de football à Berlin.

Des participants au 10e sommet sur l’intégration autour de la table ronde

La cohésion sociale en Allemagne est l’enjeu du sommet sur l’intégration à la Chancellerie fédérale

Photo : Bundesregierung/Steins

Les filles du SV Rot-Weiß Viktoria 08 Mitte se sont entraînées sous les yeux de la chancelière fédérale.

Le travail d’intégration est très important pour le club. Le Rot-Weiß est un point de repère reconnu du programme d’intégration par le sport « Integration durch Sport ».

L’équipe féminine du SV Rot-Weiß Viktoria Mitte 08 Berlin

La chancelière fédérale Angela Merkel rend visite au club SV Rot-Weiß Viktoria Mitte 08 à Berlin

Photo : Bundesregierung/Kugler

« J’ai été très impressionnée, le rôle que joue le sport en matière d’intégration est un signe positif », déclare la chancelière fédérale Angela Merkel, ajoutant : « Ceux qui ont mis cela sur pied méritent de sincères remerciements. »

Sommet sur l’intégration à la Chancellerie fédérale

Lors du sommet sur l’intégration qui a suivi la rencontre, la chancelière et les autres participants ont traité des questions de fond : quelles valeurs sont importantes à nos yeux ? Qu’est-ce que la patrie ? Comment pouvons-nous renforcer la démocratie et la cohésion, assurer l’implication de chacun ? Les réponses à ces questions doivent provenir entre autres d’un plan d’action pour l’intégration qui sera développé par la déléguée du gouvernement fédéral à la migration, aux réfugiés et à l’intégration, la ministre adjointe Anette Widmann-Mauz.

Plan d’action national pour l’intégration

L’objectif consiste à reconnaître ce qui a été accompli, à lier les mesures d’intégration et, au besoin, à les réorienter. Les Länder et communes, la société civile et les organisations de migrants doivent apporter une contribution active. Le processus doit se dérouler sur toute la durée de la législature.

« Beaucoup de choses ont été accomplies en matière d’intégration, mais nous avons encore beaucoup de travail à fournir », selon Mme Widmann-Mauz. Toutes les phases de l’intégration doivent être prises en compte et les offres doivent être mieux ajustées entre elles. « Dès l’arrivée sur le territoire, nous avons besoin de cours pour transmettre les valeurs et les attentes, indépendamment de la durée de séjour et du statut », a expliqué la déléguée à l’intégration.

Davantage de qualité, davantage de vivre ensemble plutôt que de cohabitation constituent d’autres objectifs. « Chaque personne qui vit ici doit pouvoir démontrer tout son potentiel. C’est ce que nous devons encourager, mais que nous exigeons aussi », a martelé Mme Widmann-Mauz.

Respecter et vivre nos valeurs communes

[Vidéo]

À l’issue du sommet, la chancelière a déclaré : « Quand il est question de vivre ensemble, il est avant tout question d’égalité des chances en matière d’implication, et cela, au sens large. » Cela commence selon elle par les candidatures où des noms différents ne devraient faire aucune différence. Cela concerne ensuite la formation, le marché du travail et l’accès à la fonction publique, a-t-elle ajouté.

Il importe d’adopter une attitude adéquate. La liberté ainsi que le respect de la dignité humaine de chaque personne et de l’État de droit, l’égalité entre les femmes et les hommes, telles sont les valeurs fondamentales qui nous guident et sans lesquelles la cohésion sociale est inenvisageable, a poursuivi la chancelière.

« Il y a des règles qui ne sont pas négociables », a en outre clairement affirmé Mme Merkel. L’ordre fondamental libéral et démocratique s’applique à tous, quelle que soit l’origine ou la durée de séjour. Tout le monde s’est accordé à dire que le non-respect des lois ne saurait être toléré. « Nous voulons être une Allemagne de la diversité et de l’ouverture au monde », selon Mme Merkel.

S’insérer dans la société

S’il faut réaliser le vivre ensemble, l’on ne doit pas pour autant perdre de vue ceux qui vivent sur le territoire depuis très longtemps. Il faut cependant également prendre en considération les personnes arrivées récemment. Ce n’est pas uniquement une question d’implication. « Il s’agit aussi que de nombreuses personnes s’insèrent activement dans la société et contribuent à la façonner », a conclu Angela Merkel.

La Chancellerie fédérale accueille régulièrement depuis 2006 le sommet sur l’intégration. Des représentants des Länder, des milieux économique, syndical et des organisations de migrants y ont discuté de la manière de renforcer la cohésion sociale en Allemagne.