Ouverture de l’aéroport de Berlin-Brandebourg

Aéroport BER Ouverture de l’aéroport de Berlin-Brandebourg

Tout vient à temps à qui sait attendre : le 31 octobre 2020, l’aéroport Willy-Brandt de Berlin-Brandebourg (BER) a ouvert ses portes, concentrant l’intégralité du trafic aérien de la région-capitale à Schönefeld. Les principaux faits en bref.

Aéroport de Berlin-Brandebourg - Terminal 1

Aéroport de Berlin-Brandebourg - Comptoir Terminal 1

Photo : picture alliance / Andreas Frank

Code d’aéroport : Redevenant la plaque tournante entre l’Est et l’Ouest, qui relie l’Europe au reste du monde, l’aéroport de Berlin-Brandebourg porte aussi symboliquement le nom du quatrième chancelier fédéral, Willy Brandt. Toutes les liaisons aériennes au départ et à destination de Berlin sont identifiées par le code international BER.

Site : Le BER est en partie implanté sur le site de l’actuel aéroport de Schönefeld, à la limite sud de la ville de Berlin, dans le Land de Brandebourg.

Ouverture du BER : L’installation s’effectue en trois temps : ouverture du BER le 31 octobre ; mise en service de la piste sud le 4 novembre, et fermeture de l’aéroport de Berlin-Tegel le 8 novembre, à la suite de quoi les compagnies seront transférées.

Retards : Depuis le premier coup de pioche, en 2006, l’inauguration a dû être reportée à plusieurs reprises en raison de retards consécutifs à des défauts de conception, vices de construction, problèmes techniques et départs de personnel. Les systèmes d’alerte incendie et les éclairages de sécurité ont à eux seuls exigé de remédier à plus de 20 000 malfaçons. C’est donc sans festivités grandioses que commence l’exploitation du BER. « Aucune grande fête n’est organisée : nous nous contentons d’ouvrir », explique Engelbert Lütke-Daldrup, son directeur.

Superficie : Après cette extension de 970 hectares de l’aéroport de Schönefeld, les installations s’étendent sur une superficie totale de 1470 hectares, soit approximativement 2000 stades de football.

Pistes de décollage et d’atterrissage : Longue de 3000 mètres à l’origine, la piste de décollage et d’atterrissage de l’aéroport de Schönefeld mesure désormais 3600 mètres et constitue la piste nord du BER qui comporte aussi une nouvelle piste sud de 4000 mètres de long sur 60 de large, pour les décollages et les atterrissages. Positionnées parallèlement et à 1900 mètres l’une de l’autre, ces deux pistes peuvent être exploitées indépendamment.

Terminaux : Les nouveaux Terminaux 1 et 2 sont implantés entre les deux pistes. La zone nord comprend le Terminal 5, l’ancien aéroport de Schönefeld. D’une surface brute au sol de 360 000 m², le Terminal 1 est le cœur du BER.

Aires de stationnement : Dans un premier temps, le BER est doté de 85 aires de stationnement pour avion, 15 autres étant en construction. 30 aires supplémentaires sont par ailleurs disponibles dans la zone nord de l’aéroport.

Capacité : Avec ses trois terminaux, le BER, dont la taille en fait le troisième aéroport d’Allemagne, disposera des capacités suffisantes pour accueillir plus de 40 millions de passagers par an, celles-ci pouvant par ailleurs être encore développées si nécessaire.

Coûts : Selon les chiffres communiqués par la Flughafen Berlin Brandenburg GmbH (FBB), la première phase d’expansion du BER a impliqué quelque 5,9 milliards d’euros de coûts de construction, financés par une contribution propre de la FBB, un apport de fonds propres décidé par les actionnaires et des prêts d’actionnaires, ainsi que des crédits bancaires garantis.

Réglementation des vols de nuit : Les liaisons aériennes régulières sont interdites pendant la plage horaire nocturne de 0 à 5 heures. Les vols en avance ou en retard, de même qu’un contingent de vols fixé par les autorités, sont autorisés le soir entre 22 et 24 heures et le matin entre 5 et 6 heures.

Programme d’insonorisation : La concentration du trafic aérien en un même lieu entraîne des nuisances sonores prolongées pour plus de 100 000 habitantes et habitants de Berlin et du Land de Brandebourg qui sont exposés au bruit des avions. Les dispositions prévues par la décision d’approbation des plans confèrent une protection étendue contre les nuisances générées par l’aéroport aux riveraines et riverains du BER, qui bénéficient aussi d’un programme de protection acoustique d’un niveau inédit en Allemagne.

Nature et paysage : La société exploitant l’aéroport veille, au travers de nombreux projets écologiques, à compenser les modifications du paysage consécutives au développement de ses installations. Les biotopes détruits ont été remplacés par quelque 2000 hectares d’espaces naturels accueillant des animaux et des plantes. Les aménagements entrepris à l’avenir feront eux aussi l’objet d’un accompagnement par des spécialistes de l’environnement.

Desserte par les transports publics : Sous son Terminal 1, le BER dispose d’une gare de trois quais desservant six voies que peuvent emprunter le tramway, la navette Flughafen-Express ainsi que les trains des réseaux de transport régional et longue distance. Une offre de transport que viennent compléter les bus.

Accès routier : L’accès à l’autoroute 113 relie directement l’aéroport au centre de Berlin et à son périphérique. Le BER est par ailleurs desservi par les quatre voies de la 96a dont le tracé est parallèle à celui de l’A113.

Structure de l’actionnariat : Avec chacun 37 % des parts, les Länder de Berlin et de Brandebourg sont actionnaires de la Flughafen Berlin Brandenburg GmbH (FBB) dont la République fédérale d’Allemagne détient les 26 % restants.

Pour en savoir plus, consultez le site Web du BER.