Restriction pour les éoliennes

Finis les clignotements nocturnes permanents

À l’avenir, les éoliennes ne clignoteront la nuit que si nécessaire afin d’éviter des collisions avec les aéronefs, à savoir à l’approche d’un engin volant. Tel est ce que prévoit la disposition administrative générale (AVV) adoptée par le conseil des ministres fédéral.

Éoliennes à travers des champs bordés de forêts

Afin d’atténuer les nuisances pour la population et l’environnement, les éoliennes ne devront plus émettre de signaux lumineux qu’à l’approche d’un engin volant

Photo : Getty Images/EyeEm

En restreignant le balisage des éoliennes, le gouvernement fédéral entend accroître l’acceptation du développement de l’énergie éolienne au sein de la population et réduire les effets sur l’environnement. L’un des éléments clés de la disposition administrative générale est la révision des exigences techniques relatives au balisage de nuit prescrit par la loi.

Technique de transpondeur moins coûteuse

Actuellement sont autorisés des systèmes basés sur la technologie radar qui détectent les aéronefs et allument les feux des installations éoliennes par le biais de signaux. À présent, le gouvernement fédéral souhaite donner son aval à une autre solution technique : l’activation du balisage nocturne par les signaux de transpondeur émis par les aéronefs et reçus par les éoliennes.

La refonte de la disposition administrative générale met également en œuvre de nouvelles normes et recommandations de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) pour le balisage des éoliennes telles qu’une nette augmentation de la longueur autorisée des pales de rotor en cas de pluie.

Balisage de nuit obligatoire « à la demande »

En 2018, l’adoption du Code de l’énergie (Energiesammelgesetz, EnSaG) a introduit l’obligation d’équiper les éoliennes d’un « balisage de nuit à la demande » (BNK) afin de renforcer l’acceptation de l’éolien.

Le balisage de nuit obligatoire prévoit que le balisage lumineux rouge des éoliennes ne s’allume qu’à l’approche d’un engin volant à une altitude considérée comme dangereuse. Ainsi, les périodes durant lesquelles les feux clignotent sont fortement réduites.

Selon le ministère fédéral de l’Économie et de l’Énergie, l’on compte actuellement quelque 29 000 éoliennes à terre (fin 2018). Environ 17 000 installations éoliennes dépassent les 100 mètres de hauteur et sont donc soumises à une obligation de balisage.