Monika Grütters : « Un travail de mémoire et d’information constant »

Montage photo de détenus qui se soutiennent sur la place d’appel du camp de concentration de Dachau

Capture d’écran de « Die Befreiung » (La libération), un projet de la chaîne allemande Bayerischer Rundfunk (BR) en collaboration avec le Mémorial du camp de concentration de Dachau

Photo : Ghetto Fighters Archive/Montage BR, Christopher Roos von Rosen

Des millions de personnes ont été victimes des nationaux-socialistes. Les tentatives incessantes visant à instrumentaliser, relativiser ou occulter les souffrances d’alors à des fins politiques sont d’autant plus insupportables, a déclaré Monika Grütters, déléguée du gouvernement fédéral à la Culture et aux Médias, à l’occasion de la célébration de la Journée du souvenir des victimes du national-socialisme. « Tout cela exige de nous une opposition ferme en paroles et en actes ainsi qu’un travail constant de mémoire et d’information, en particulier par la génération à venir et avec elle », a souligné la ministre adjointe.

Pour accomplir cette tâche, le travail d’information politique et historique sur les crimes nazis fourni par les sites commémoratifs et les mémoriaux demeure, à ses yeux, indispensable. « C’est pourquoi nous continuerons cette année à les soutenir de notre mieux pour qu’ils puissent atteindre encore un plus grand public avec de nouveaux formats, y compris numériques », a-t-elle affirmé.

Souvenir et commémoration numériques

Dans les conditions actuellement imposées par la Covid-19, de nombreuses institutions accompagnent dès maintenant cette Journée avec des offres numériques ou des événements commémoratifs non ouverts au public mais diffusés en direct. Des vidéos de portraits avec des récits biographiques donnent ainsi un visage et un nom à de nombreuses victimes et un podcast raconte l’histoire du réseau de résistants « Die rote Kapelle » (L’Orchestre rouge). Une série de parcours et visites guidées en ligne offre par ailleurs un aperçu des lieux des crimes nazis.

Divers programmes à l’occasion de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste

En 1996, Roman Herzog, président fédéral à cette époque, a introduit la célébration, le 27 janvier, de la Journée du souvenir des victimes du national-socialisme. Le 27 janvier 1945 est en effet le jour où les troupes soviétiques ont libéré le camp de concentration d’Auschwitz. 1,1 million de personnes y ont été assassinées. Depuis 1996, une cérémonie du souvenir a lieu chaque année au Bundestag en hommage aux victimes du national-socialisme.