Pandémie et migration à l’ordre du jour

Le président du Conseil italien à Berlin Pandémie et migration à l’ordre du jour

La chancelière fédérale Angela Merkel a eu un échange de vues avec le président du Conseil italien Mario Draghi sur les questions qui seront abordées lors du Conseil européen de cette semaine. L’accent y sera mis sur la pandémie ainsi que sur la migration. Dans ce dossier, on s’accorde à dire que la situation dans les pays d’origine doit être améliorée.


La chancelière fédérale Angela Merkel en conversation avec le président du Conseil italien Mario Draghi

La chancelière Angela Merkel et le premier ministre italien Mario Draghi à la Chancellerie fédérale : la réunion a pour but de préparer le prochain Conseil européen

Photo : Bundesregierung/Denzel

Après le président français Emmanuel Macron vendredi, la chancelière Angela Merkel a reçu un autre invité à la Chancellerie fédérale lundi soir. Et comme avec M. Macron, elle a discuté avec le premier ministre italien du prochain Conseil européen.

Lors du Conseil européen des 24 et 25 juin à Bruxelles, les dirigeants de l’UE discuteront de la pandémie de Covid-19, de la relance économique et des migrations. Il y sera également question des relations de l’UE avec la Turquie et la Russie.

Mieux se concerter dans le contexte de la pandémie de Covid-19
Lors de leur dîner commun, les deux dirigeants ont souhaité parler des conséquences de la pandémie, a déclaré la chancelière lors d’une conférence de presse avec M. Draghi. Le plan de relance ainsi que la nécessité d’une meilleure coordination en matière de modalités d’entrée on fait partie des thèmes abordés dans ce contexte. En effet, on constate encore dans ce domaine un large éventail de pratiques, notamment en ce qui concerne le traitement des voyageurs en provenance du Royaume-Uni, a déclaré la chancelière. Une meilleure coordination est nécessaire, a-t-elle exigé.

En ce qui concerne la pandémie, le premier ministre italien et elle font partie des « prudents », a affirmé Mme Merkel. Ils se réjouissent que la situation s’améliore fortement en ce moment. « Mais nous savons aussi combien ces progrès sont encore fragiles », a prévenu Mme Merkel. Bien que le taux de vaccination augmente, nous ne nous approchons pas encore de l’immunité de groupe.

Migrations : améliorer la situation dans les pays d’origine
En matière de migration, le Conseil européen se concentrera sur la dimension extérieure, en particulier sur la situation dans deux pays d’origine : la Tunisie et la Libye. Les deux dirigeants ont convenu que l’UE devait avoir une présence plus forte en Afrique du Nord, a déclaré M. Draghi. La chancelière a également souligné qu’il fallait « s’attaquer aux problèmes dans les pays dont les migrants sont originaires. Nous devons remplacer l’immigration illégale par l’immigration légale. »  La question clé, selon elle, est la suivante : « Comment faire en sorte que les personnes provenant des nombreux pays d’origine, notamment ceux qui sont situés en Afrique, rentrent chez elles si elles n’ont pas droit à l’asile ? »

Mme Merkel a mentionné les nombreuses initiatives de l’Italie pour parvenir à une solution politique en Libye. « Je voudrais vous remercier pour cela », a-t-elle dit. Elle a également fait référence à la conférence de suivi du processus de Berlin qui aura lieu mercredi au ministère fédéral des Affaires étrangères à l’invitation du secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres et du ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas.

Relations profondes

M. Draghi et Mme Merkel ont également abordé les relations bilatérales entre leurs deux pays. Avec la crise sanitaire, celles-ci sont devenues encore plus étroites et plus solides, a déclaré M. Draghi. Il a remercié l’Allemagne pour son aide durant la première phase de la pandémie, lorsque de nombreux patients italiens ont été accueillis dans des hôpitaux allemands.

Il a également remercié la chancelière pour son engagement en faveur du plan de relance « Next Generation EU ». Il a assuré que le gouvernement italien poursuivrait sa politique de réforme. « C’est l’engagement que ce gouvernement a pris et il poursuivra sur cette voie dans les mois à venir. »

Il s’agissait de la première visite officielle de Mario Draghi auprès de la chancelière fédérale en tant que chef de gouvernement. Il est président du Conseil italien depuis le 13 février 2021. En raison de la pandémie, il n’a pas pu être reçu avec les honneurs militaires comme il est d’usage pour une première visite officielle. La chancelière a cependant assuré que ce n’était que partie remise. M. Draghi a été président de la BCE entre 2011 et 2019, et avant cela, gouverneur de la Banque d’Italie de 2005 à 2011.


Mots-clés