Maintenir le dialogue avec la Turquie

Restrictions des droits de l’homme Maintenir le dialogue avec la Turquie

Le gouvernement fédéral est impliqué dans la lutte contre le terrorisme. C’est ce qu’a déclaré la chancelière fédérale devant le Bundestag. Elle a critiqué sans détours les récentes restrictions des droits de l’homme en Turquie, tout en précisant vouloir poursuivre les entretiens.

Deux personnes se tiennent devant un immense drapeau turc

De l’avis de Mme Merkel, il est important pour l’Allemagne de coopérer avec la Turquie d’une manière réfléchie

Photo : picture-alliance/dpa

La chancelière fédérale Angela Merkel a condamné une nouvelle fois la tentative de coup d’État perpétrée les 15 et 16 juillet derniers en Turquie. Dans le discours qu’elle a prononcé devant le Bundestag à l’occasion du débat budgétaire, elle a souligné : « Le gouvernement fédéral est aussi impliqué que n’importe qui d’autre en Europe dans la lutte contre le terrorisme. »

Aborder clairement les faits alarmants

En Allemagne, il y a eu plus de 4 000 procédures à l’encontre de l’organisation séparatiste kurde PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan). La politique doit néanmoins également respecter les jugements conformes à l’État de droit. La poursuite d’actes terroristes ne justifie en rien « de restreindre la liberté de la presse et d’emprisonner plusieurs milliers de personnes », a-t-elle fermement déclaré.

Parallèlement à sa critique sans ambiguïté de cette façon de procéder, la chancelière allemande a insisté sur le fait que le dialogue devait se poursuivre avec la Turquie. Dans cet esprit, elle a salué le déplacement « pas facile » effectué récemment par le ministre fédéral des Affaires étrangères à Ankara. Pour le gouvernement allemand, « il est important de coopérer avec la Turquie d’une manière réfléchie », a-t-elle fait remarquer, avant d’ajouter que cela n’excluait pas qu’il faille aborder clairement les faits alarmants dans ce pays.