« Nous devons nous recentrer »

  • Page d'accueil
  • Le gouvernement fédéral

  • Actualités

  • Service

  • Médiathèque

Budget fédéral 2024 « Nous devons nous recentrer »

Au début de la semaine budgétaire, le ministre fédéral des Finances Christian Lindner a plaidé, devant le Bundestag, pour « un changement de cap nécessaire en matière de politique budgétaire ». Après des années de forte progression de l’endettement, l’Allemagne respectera de nouveau, dès 2024, la règle du frein à l’endettement et exclut toute augmentation d’impôts.

Temps de lecture: 2 min.

Christian Lindner

« Ne pas parvenir à sortir de la politique de crise », avertit M. Lindner, « c’est compromettre durablement la stabilité de notre communauté ».

Photo : Gouvernement fédéral/Kugler

Le ministre fédéral des Finances Christian Lindner a présenté le projet de budget du gouvernement fédéral au parlement et expliqué le changement de cap en politique budgétaire. « Nous devons nous recentrer », a affirmé M. Lindner. « Il s’agit de revenir au frein à l’endettement ou, plus précisément, à une gestion budgétaire solide sur le long terme. »

Le budget fédéral pour 2024 devrait totaliser 445,7 milliards d’euros de recettes et de dépenses, soit près de 31 milliards d’euros de moins que pour l’année en cours. Le ministre fédéral des Finances s’est montré convaincu : « Le budget 2024 est un budget placé sous le signe de l’argent et de la raison, du courage plutôt que de l’insouciance, et un budget avec peu de dettes et plus d’opportunités. En bref : un budget intelligent pour un changement de cap. »

L’objectif premier est de lutter contre l’inflation et de laisser derrière nous le temps des dépenses élevées dictées par les crises. « Ne pas parvenir à sortir de la politique de crise », avertit M. Lindner, « c’est compromettre durablement la stabilité de notre communauté ». Concernant l’augmentation des dépenses d’intérêt, son message est également clair : « Nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre de contracter sans cesse de nouvelles dettes. Elles ne seraient pas finançables. »

Par le biais de sa stratégie budgétaire, le ministre fédéral des Finances souhaite faire rapidement baisser la dette publique à son niveau d’avant la crise. « C’est « une responsabilité morale envers ceux qui vont nous succéder ». C’est pourquoi les nouvelles dettes doivent être réduites en continu : celles-ci chuteront ainsi fortement de 45,6 milliards d’euros cette année à 16,6 milliards d’euros en 2024. En 2027, la Fédération prévoit par ailleurs de n’emprunter que 15 milliards d’euros.

Le discours intégral du ministre fédéral des Finances est disponible sur le site du ministère fédéral des Finances  (en anglais).