Le marché unique a 25 ans

Intégration européenne Le marché unique a 25 ans

Il a contribué à diversifier l’Europe et nous a facilité la vie : nous parlons du marché intérieur européen ou « marché unique ». Les Européens bénéficient de ses bienfaits depuis 1993. L’une des grandes étapes de cette réalisation a été l’union douanière, qui existe bientôt depuis 50 ans.

Téléphoner sans fin, s’envoler vers le soleil pour un week-end, acheter en vitesse de l’huile d’olive au supermarché : ce que beaucoup trouvent aujourd’hui tout naturel n’aurait jamais été possible sans le marché intérieur européen. Il y a 25 ans, l’Acte pour le marché unique entrait en vigueur. Progressivement, les petites économies nationales sont devenues l’un des plus puissants espaces économiques du monde, un marché auquel plus de 500 millions de consommateurs ont accès.

Le marché unique a été créé pour préparer l’Union économique et monétaire. Ses atouts sont les « quatre libertés », à savoir la libre circulation des personnes, des biens, des services et des capitaux.

Un grand pas pour l’Europe

En regardant en arrière, on voit la grande importance du marché unique dans l’histoire de l’intégration européenne : avant 1993, il n’y avait plus, certes, de barrières douanières, mais l’Europe était encore bien loin d’un espace économique unifié.

Pour pouvoir étudier ou travailler à l’étranger, il fallait en règle générale un permis de séjour. Les services transfrontaliers étaient soumis à des procédures d’autorisation compliquées, ce qui compliquait l’offre : des tarifs téléphoniques élevés, des billets d’avion ou de train chers, et le tarif pour l’envoi des lettres et des colis ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres du quotidien européen avant 1993. Le 25e anniversaire du marché unique mérite donc tout à fait d’être célébré.

Ensemble pour le bien de tous

Des enquêtes attestent que le marché unique ne fait pratiquement aucun perdant : en termes d’économie et de bien-être, l’Europe est en tête de la compétition mondiale. Le produit intérieur brut (PIB) par habitant ainsi que la productivité du travail des États membres de l’Union européenne sont deux fois plus élevés que la moyenne mondiale.

L’Allemagne, en tant que champion du commerce extérieur, y gagne tout spécialement. Selon les études de la KfW, les débouchés pour les marchandises allemandes se sont multipliés : ils sont passés de 2 800 milliards d’euros (au niveau national) à un marché européen d’un volume de 14 200 milliards d’euros. Les citoyens en profitent également étant donné que les consommateurs bénéficient d’un plus grand choix à des prix peu élevés, et les travailleurs de nouveaux emplois diversifiés.

Et ceci grâce à l’union douanière

Le marché unique n’est pas né de rien : il a été précédé de l’union douanière, qui fêtera bientôt ses 50 ans. Lors de la création de cette dernière, le 1er juillet 1968, les six pays fondateurs (Belgique, Allemagne, France, Italie, Luxembourg et Pays-Bas) ont simplifié les échanges commerciaux et posé ainsi la première pierre d’une économie européenne forte.

Les règles de l’union douanière sont :
- l’absence de droits de douane aux frontières intérieures entres les États membres de l'UE ;
- des droits de douane communs sur les importations en provenance de pays qui ne font pas partie de l’UE ;
- des règles d’origine communes pour les produits en provenance de pays qui ne font pas partie de l’UE ;
- une définition commune de la valeur en douane.

Mots-clés