« L’Ukraine fait partie de la famille européenne »

Le chancelier fédéral Olaf Scholz à Kiev « L’Ukraine fait partie de la famille européenne »

Le chancelier fédéral Olaf Scholz a rencontré le président ukrainien Volodymyr Zelensky à Kiev et a souligné que l’Allemagne continuerait à soutenir le pays dans sa résistance à l’invasion russe. Il a également promis qu’il s’engagerait résolument en faveur de l’obtention par l’Ukraine du statut de pays candidat à l’adhésion à l’UE. Dans la banlieue d’Irpin, le chancelier s’est montré touché par les destructions.

Le chancelier fédéral Olaf Scholz, le président français Emmanuel Macron, le président ukrainien Volodymyr Zelensky, le président du Conseil italien Mario Draghi et le président roumain Klaus Iohannis

Le chancelier fédéral Olaf Scholz a souhaité se rendre dans la capitale ukrainienne avec des partenaires de l’Union européenne.

Photo : Gouvernement fédéral/Denzel

En visite à Kiev, le chancelier fédéral Olaf Scholz a déclaré qu’il était favorable à ce que l’Ukraine obtienne le statut de candidat à l’adhésion à l’UE. « Mes collègues et moi sommes venus à Kiev aujourd’hui avec un message clair : l’Ukraine fait partie de la famille européenne », a affirmé M. Scholz. Lors du Conseil européen de la semaine prochaine, l’Allemagne plaidera en faveur d’une décision positive pour l’Ukraine concernant son statut de candidat à l’adhésion à l’UE, a souligné le chancelier. 
M. Scholz s’est rendu jeudi dans la capitale ukrainienne en compagnie du président français Emmanuel Macron, du président du Conseil italien Mario Draghi et du président roumain Klaus Iohannis. Ils y ont rencontré le président ukrainien Volodymyr Zelensky pour un entretien approfondi.

M. Scholz a rendu hommage au peuple ukrainien et à son président : « L’Ukraine est engagée depuis 113 jours dans une lutte défensive héroïque contre la Russie. La bravoure des soldats est remarquable », a déclaré le chancelier. La manière dont les Ukrainiens se défendent contre l’invasion de la Russie est admirable, a-t-il ajouté.

Aux côtés de l’Ukraine

La Russie tente de déplacer par la force des frontières au sein de l’Europe, a souligné le chancelier. « C’est inacceptable. Et c’est pourquoi l’Allemagne, avec de nombreux autres pays dans le monde, s’est tenue étroitement aux côtés de l’Ukraine dès le premier jour », a déclaré M. Scholz. 

L’Allemagne soutient l’Ukraine dans la défense de sa souveraineté et de son intégrité territoriale, sur le plan financier et humanitaire. « Et l’Allemagne a rompu avec une tradition étatique de longue date : nous soutenons également l’Ukraine en lui fournissant des armes et nous continuerons à le faire tant que l’Ukraine aura besoin de notre soutien », a déclaré la chancelier. Il a cité en exemple le système moderne de défense antiaérienne IRIS-T, capable de défendre une grande ville entière contre les attaques aériennes.

Le chancelier s’est également réjoui que le président ukrainien ait accepté l’invitation à participer au sommet du G7 au château d’Elmau, en Bavière.

« Un rappel très important »

À Irpin, dans la banlieue de Kiev, Olaf Scholz avait auparavant condamné la brutalité de la guerre d’agression menée par la Russie. M. Scholz s’était rendu sur place pour se faire une idée de la situation, en compagnie du président Emmanuel Macron, du président du Conseil italien Mario Draghi et du président roumain Klaus Iohannis. Des civils innocents ont été touchés et des maisons détruites ; une ville entière a été détruite, dans laquelle il n’y avait absolument aucune structure militaire, a-t-il déploré, ajoutant : « Cela en dit long sur la brutalité de la guerre d’agression de la Russie, qui vise simplement à détruire et à conquérir. » Les destructions à Irpin sont un « rappel très important » de la nécessité d’agir.

Le chancelier fédéral Olaf Scholz avec le président du Conseil italien Mario Draghi et le président français Emmanuel Macron à Irpin

Olaf Scholz s’est rendu à Irpin en compagnie du président Emmanuel Macron et du président du Conseil italien Mario Draghi pour se faire une idée des destructions sur place.

Photo : Gouvernement fédéral/Denzel

La visite du chancelier fédéral dans la capitale ukrainienne a été délibérément organisée avec des partenaires de l’Union européenne : « Il est important que les dirigeants des trois grands pays qui étaient déjà présents lors de la création de la Communauté économique européenne se rendent aujourd’hui à Kiev et montrent leur soutien à l’Ukraine et aux citoyens ukrainiens dans cette situation très particulière de guerre », a-t-il déclaré à l’agence de presse dpa lors de son voyage en train à Kiev.

« Ne pas se contenter de manifester sa solidarité »

« Toutefois, nous ne voulons pas seulement montrer notre solidarité, nous voulons aussi assurer que l’aide que nous organisons – financière, humanitaire, mais aussi en matière d’armes – se poursuivra », a déclaré M. Scholz. L’aide sera maintenue « aussi longtemps que cela sera nécessaire à la lutte pour l’indépendance de l’Ukraine ». De plus, il sera encore une fois souligné que les sanctions imposées à la Russie sont d’une grande importance. « Car elles contribuent à ce qu’il y ait une chance que la Russie renonce à son projet et retire ses troupes. Car c’est bien là l’objectif », a affirmé le chancelier.

Soutenir efficacement les forces armées ukrainiennes

L’Allemagne apporte une contribution substantielle pour que l’Ukraine puisse continuer à se défendre contre l’attaque russe. Pour le gouvernement fédéral, il est essentiel de soutenir durablement et efficacement les forces armées ukrainiennes dans leur combat défensif. C’est la ligne directrice que suit le gouvernement fédéral. Cela inclut, en étroite concertation avec les partenaires et alliés de l’Allemagne, les livraisons d’armes.

Outre le soutien apporté à l’Ukraine au niveau national, l’Allemagne apporte une contribution déterminante dans le cadre de l’UE et a régulièrement augmenté ses engagements financiers pour l’aide humanitaire et les livraisons d’armes.

Les livraisons de l’Allemagne à l’Ukraine comprennent notamment des armes antichars, des missiles antiaériens, des mitrailleuses, des véhicules blindés de transport de troupes ainsi que des mortiers et des munitions. L’Allemagne a également accepté d’exporter des chars antiaériens de type Gepard et de livrer sept obusiers de type Panzerhaubitze 2000. Ces derniers seront livrés lorsque la formation des soldats ukrainiens sur les engins sera terminée.

Vous trouverez plus d’informations sur la guerre en Ukraine sur notre page consacrée à ce sujet.

Mots-clés